Les exportations ne couvrent plus que 48.2% des importations

Les exportations de dérivés de phosphates, de vêtements confectionnés et de fils et cà¢bles électriques en baisse respectivement de 1.6%, 1.2% et 12.8% à  fin avril. Les importations d’énergie en hausse de 13.7% et celles des produits alimentaires en baisse de 11.2%.

La situation du commerce extérieur du Maroc continue de se dégrader. A fin avril, les exportations comme les importations ont certes progressé mais à un rythme moins élevé qu’au mois de mars : +4,3% à 59,6 milliards de DH pour les premières et +5,2% à 123,6 milliards pour les secondes. Le solde déficitaire de la balance commerciale ressort ainsi en hausse de 6%, à un peu plus de 64 milliards de DH.

La petite progression des exportations s’explique par la baisse enregistrée dans les principaux produits à l’export. C’est ainsi, en effet, que les dérivés de phosphates ont reculé de 1,6%, à 10,36 milliards de DH, les vêtements confectionnés de 1,2%, à 6,5 milliards de DH, les fils et câbles électriques de 12,8%, à 5 milliards de DH et les composants électroniques de 33,9%, à 1,2 milliard de DH. Le groupe des produits alimentaires a pour sa part accusé une baisse de 10,6%, et en dehors de la tomate fraîche qui s’est quasiment maintenue au même niveau le mois d’avril 2011, tous les autres produits se sont inscrits en baisse : – 18,7% pour les agrumes, à 1,2 milliard de DH, – 53,4% pour les légumes frais à 607,3 millions de DH, -45,5% pour les fraises et framboises, à 460,5 millions de DH et -10,3% pour les conserves de légumes, à 453,4 millions de DH.

Certains produits ont néanmoins pu réaliser des hausses, comme c’est le cas pour les phosphates (15,7%, à 4,3 milliards de DH), les articles de bonneterie (+5,8%, à 2,4 milliards), les conserves de poissons (+32,1%, à 1,6 milliard), les crustacés, mollusques et coquillages (+7,9%, à 2,2 milliards), ainsi que le matériel de transport (les valeurs ici ne sont pas très importantes).

Les investissements étrangers en baisse

Sur le front des importations, la facture continue de s’alourdir en dépit de la baisse (-11,2%) des produits alimentaires. Et cette baisse a touché aussi bien le blé (-28,3%, à 6,66 milliards), le sucre brut et raffiné (-6,6%, à 1,7 milliard) que le maïs (-9,8%, à 1,6 milliard). Seule l’orge a augmenté, et très fortement (+206%, à 830 millions de DH). Mais comme toujours, c’est surtout l’énergie qui a le plus peser dans la balance : les produits énergétiques, en augmentation de 13,7%, à 32,3 milliards, représentent, selon l’office des changes, 64,1% de la hausse des importations totales.

Hors énergie, les biens d’équipement importés ont augmenté de 7,8%, à 1,75 milliard, les biens finis de consommation de 9,6%, à 9,64 milliards de DH.

Outre la balance commerciale qui, dans cette configuration, a vu son taux de couverture perdre encore 0,4 point, à 48,2%, les autres composantes des échanges extérieurs ont réalisé des résultats mitigés. Les recettes MRE sont en hausse de 3,7% à 17,8 milliards de DH, celles du tourisme de 1%, à 16,7 milliards de DH, tandis celles des investissements et prêts privés étrangers ont baissé de 3,7%, à 8,56 milliards de DH. Cela donne déjà une indication de ce que sera la balance des paiements au premier semestre 2012…