Les exportations marocaines devraient croître de 11 milliards de DH en 2016

L’Europe, dont la croissance reprendrait en principe, devrait générer 50% du volume additionnel. Les équipements électriques, le textile, l’agroalimentaire, les énergies renouvelables…, les secteurs porteurs.

Perspectives prometteuses pour le commerce extérieur en 2016. C’est en tout cas ce que prévoit l’assureur crédit Euler Hermes. Selon les conclusions de ses économistes réunis pour la troisième édition de la conférence de l’Observatoire international du commerce, les exportations marocaines devraient croître de 11,3 milliards de DH. Pour Ludovic Subran, directeur du département recherche économique du groupe, la demande adressée au Maroc est appelée à croître grâce à la reprise de la croissance en Europe. «Face aux turbulences auxquelles font face les pays émergents, des opportunités restent à saisir notamment en Europe, qui tend à retrouver le chemin de la croissance», relèvent, en substance, les experts. Et de préciser que 50% du potentiel de croissance des exportations marocaines émanera de l’Espagne et de la France. Le reste sera réalisé avec le Brésil, l’Inde et les Etats-Unis.

Par secteur, le textile est attendu pour amorcer sa reprise sur son marché historique qu’est l’Espagne grâce à des carnets de commandes de plus en plus garnis. Aussi, le secteur des composants et équipements électriques et électroniques verra ses exportations augmenter sur les principaux marchés d’Europe, notamment le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Espagne. «L’industrie électrique et électronique commence à rattraper son retard en termes d’investissements. L’Espagne reste le marché le plus porteur, suivie de la France qui s’essouffle, mais le gros potentiel de croissance réside au Congo et au Mali», estime M. Ludovic. Pour l’agroalimentaire, l’industrie regorge également d’opportunités. Selon Euler Hermes, elle pourrait se développer pour gagner davantage de marchés, notamment au Moyen-Orient. Par ailleurs, et pour la première fois, les énergies renouvelables font leur entrée sur l’offre exportable marocaine.

La croissance du secteur automobile devrait ralentir

Le potentiel à l’export s’explique par le démarrage d’exploitation de la station solaire Noor. D’après les estimations des experts d’Euler hermes, ce secteur devrait générer quelque 850 MDH en 2016, grâce à l’exportation de cette énergie à proprement parler mais également à la vente aux entreprises internationales basées au royaume qui est assimilée à de l’export. Toutefois, les experts apportent un bémol à tout cela : la croissance des exportations de l’industrie automobile devra ralentir sur la période 2016-2018 en attendant la montée en puissance de nouveaux sites de production, dont celui de PSA.

Cela dit, les économistes du groupe Euler hermes rappellent que pour capter cette demande adressée au Maroc, de nombreux efforts doivent être concédés par les pouvoirs publics et le secteur privé pour aider davantage les entreprises marocaines, les protéger dans leur course pour saisir ces opportunités et stimuler l’investissement.