Les exportations des métiers mondiaux sont en hausse au premier semestre

A fin juin, les exportations se sont appréciées de 7,4%, à  101 milliards de DH, tandis que les importations ont marqué une hausse de 4,7%, à  203 milliards. L’automobile et l’électronique confortent leur vigueur. Le taux de couverture s’améliore de 1,2 point, à  49,6%.

Bilan plutôt satisfaisant pour la balance commerciale du pays au titre du premier semestre. D’après les chiffres de l’Office des changes arrêtés à fin juin, les exportations ont progressé de 7,4% en glissement annuel, s’établissant à 101 milliards de DH. Ce saut a pu largement contrebalancer la hausse des importations de 4,7%, à 203,5 milliards de DH. En définitive, le taux de couverture s’est amélioré de 1,2 point, passant de 48,4% à 49,6%.
Dans une conjoncture économique mondiale pas très clémente et étant très arrimée à l’Europe où la reprise ne s’est pas encore confirmée, le Maroc a manifestement bien résisté, bien qu’il s’agisse d’un bilan à mi-exercice. Force est de constater qu’en dehors des phosphates et dérivés dont les exportations se sont contractées de plus de 12% sur fond de baisse des cours mondiaux et de reconfiguration du marché de cette matière à l’international, l’ensemble des secteurs stratégiques ont vu leurs expéditions croître par rapport au niveau d’il y a un an.

A leur tête, le secteur de l’automobile qui s’impose en tant que véritable locomotive des métiers mondiaux du Maroc. En effet, les exportations du secteur sont depuis quelques années sur une trajectoire ascendante. Après la performance de 24% en 2013 avec plus de 31 milliards de DH, l’année 2014 pourrait enregistrer un nouveau record. Rien que pour les six premiers mois de l’année, les exportations ont marqué un bond de plus de 35% pour culminer déjà à 21 milliards de DH. Cette hausse est en grande partie due à la construction, activité tirée par la montée en régime de l’usine Renault Tanger. A fin juin, les exportations de cette branche se montaient à 10,5 milliards de DH contre 5,6 milliards une année plus tôt, soit un bond de 87,4%. Dans le même temps, les exportations de câblage augmentaient de 7,6%, à 9 milliards de DH.

L’aéronautique se maintient

Bien qu’il soit moins favorisé par la conjoncture, l’électronique a marqué la deuxième plus importante hausse sur le premier semestre. Ses exportations ont crû d’environ 1 milliard de DH (4,3 contre 3,4 milliards), soit 26% de plus qu’il y a un an. Cette performance n’a pas surpris les professionnels qui s’attendent à ce que 2014 soit une année bien meilleure que 2013. La hausse des exportations de l’électronique s’appuie notamment sur l’essor des métiers de l’automobile et de l’aéronautique dont plusieurs branches sont clientes du secteur de l’électronique. Selon les professionnels, ce regain de dynamisme conforte le scénario de réaliser les 2,5 milliards de DH de chiffres d’affaires additionnels, que le ministère de tutelle fixe comme potentiel de croissance du secteur à l’horizon 2015.
L’aéronautique n’est pas en reste. Même avec une progression modeste de 6% et des exportations d’environ 4 milliards de DH à fin juin, le secteur manifeste une certaine vitalité prouvée, entre autres, par l’ouverture de la plateforme intégrée Midparc à Nouasser et l’installation du géant mondial Bombardier via un investissement colossal de 200 millions de dollars. De tels projets sont de nature à hisser le secteur à des niveaux de compétitivité plus élevés.
Le secteur du textile et cuir a également vu ses ventes à l’international se redresser. Avec 17,5 milliards de DH, les exportations du secteur affichent une hausse de 4% (voir page 17).

De même, les expéditions de l’agroalimentaire et des produits pharmaceutiques ont crû respectivement de 2,7 et 5,5% par rapport à juin 2013.
Notons que sur le registre des importations, les produits alimentaires ont affiché la hausse la plus importante à fin juin (+20%, à 24 milliards de DH), suivis des produits finis de consommation (+10,2%, à 35,8 milliards) et l’énergie et lubrifiants (+5,3%, à 50,5 milliards de DH).