Les exportations de produits agroalimentaires en hausse de 4%

Agrumes, primeurs et produits végétaux transformés se portent bien. Les produits de la pêche ont chuté en raison des aléas climatiques. Le marché russe et d’Europe de l’Est a bien repris.

Le secteur agroalimentaire est sur une bonne dynamique. A l’exception des produits de la pêche qui ont chuté de 13% en raison des aléas climatiques, les exportations globales se portent bien. Les chiffres arrêtés par l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE) au 31 juillet montrent en effet qu’elles ont progressé de 4% par rapport à la même période de l’année dernière, à 2,03 millions de tonnes, tous produits confondus.
Le volume d’agrumes est en augmentation de 9% à 529364 t. Ce volume a été tiré par la demande russe et de l’Europe de l’Est qui s’est appréciée de 34% alors que les quantités à destination de l’Union européenne ont chuté de 11%. Les expéditions vers le reste du monde sont également en recul de 5%, à 12 328 t. Quant à la demande nord-américaine, encore faible, elle totalise 63 664 t, soit 1% de plus que lors de la dernière campagne.

Baisse sensible de la demande de conserve d’abricot

Les primeurs se sont également bien comportées. Le volume exporté s’est élevé à 725 712 t, soit une amélioration de 8%. Les tomates, qui représentent plus de la moitié de ce volume, ont marqué un accroissement de 17%. La fraise (+41%) et la courgette (+22%) ont également pesé dans la balance, contrairement aux haricots verts dont la quantité tombe (-11%), à la pomme de terre (-16%) ou au raisin (-30 %). Tous les marchés ont évolué favorablement pour les primeurs, sachant que la Russie et l’Europe de l’Est ont marqué une forte appréciation de 51% avec 25 280 t. Autant que pour les agrumes, cette évolution peut signifier que cette région se relève progressivement de la crise qui avait brutalement plombé sa demande intérieure en 2008-2009. L’Union européenne reste toutefois le principal débouché pour les primeurs avec 95% du total, en hausse de 7%.
Les végétaux transformés sont sur la même tendance que les autres groupes de produits. Le volume est en hausse de 23% avec 300 610 t exportées. L’EACCE relève que leur valeur a aussi augmenté de 19%, atteignant plus de 5 milliards de DH. L’huile d’olive a, quant à elle, réalisé une excellente performance avec une progression de 128%, à 32 596 t. Idem pour la conserve d’olives : 69 160 t contre 64 275 t en 2009-2010.Caroubes (+193%), céréales légumineuses (+40%), conserve de câpres (+13%) et fraises surgelées (+4%) sont aussi dans une position favorable.
La seule déception vient de la conserve d’abricot dont le volume est en dépréciation de 26%, à 11 335 t. Pour l’Union européenne la hausse est de 8%, un rythme cependant moins élevé qu’en Amérique du Nord qui a absorbé 62% de plus qu’en 2009-2010, mais avec de faibles quantités.