Les entreprises distribuent de moins en moins de cadeaux de fin d’année

L’utilisation d’autres vecteurs de communication comme le mécénat et le sponsoring explique la perte de vitesse des cadeaux

Agendas, stylos et porte-clés indéboulonnables.

«Même les agendas se font rares !». Cette réflexion d’un commercial habitué au contact de la clientèle illustre une tendance lourde. Les cadeaux de fin d’année perdent en importance dans la stratégie de communication des entreprises. Le trend de régression de cette activité observée depuis deux ou trois ans déjà s’est confirmé avec un recul des commandes pouvant atteindre jusqu’à 50 %, par rapport à 2003. Cette évolution a pour origine diverses explications. Chez les multinationales, on fait de moins en moins usage des cadeaux de fin d’année notamment pour des raisons liées aux règles d’éthique du groupe. D’autres entreprises invoquent le caractère répétitif, donc lassant, de l’opération. De manière générale, les entreprises préfèrent investir dans d’autres formes de communication comme le sponsoring ou le mécénat.
Il n’en demeure pas moins que la tradition n’est pas abandonnée par tous. Ainsi, et selon les fournisseurs d’articles publicitaires, les PME allouent cette année à l’opération des budgets pouvant varier entre 10 000 et 30 000 DH. Pour les entreprises de taille moyenne, le budget peut atteindre 100 000 DH. «Mais quand un secteur est très concurrentiel, les entreprises qui y opèrent consacrent plus de moyens aux cadeaux d’entreprises dans un souci de différenciation», explique Idrissi Nachid Khadija, DG de Référence Pub, une agence de communication, notamment spécialisée dans les cadeaux.

Les multinationales préoccupées par l’éthique
C’est le cas par exemple pour Fagor Maroc (électroménager), où les cadeaux d’entreprises restent de mise. L’entreprise préfère suivre la politique du groupe. Aussi, l’entreprise mère parvient à obtenir des prix intéressants grâce à l’importance des quantités commandées. On explique que, pour cette fin d’année, Fagor Maroc distribuera des stylos et des porte-clés. Les grands comptes, dont les propriétaires de magasins, auront, quant à eux, droit à des présents plus haut de gamme comme les stylos chromés ou encore des montres. Les responsables de l’entreprise associent la distribution des cadeaux de fin d’année à une opération marketing dont l’objectif est de fidéliser la clientèle.
En revanche, les grandes institutions financières ne sortent pas des sentiers battus. L’agenda, les porte-clés et les stylos pour leurs clients, notamment professionnels et entreprises, seront reconduits. Les grands comptes, plus choyés, recevront des cadeaux plus personnalisés, généralement des livres d’art ou des tableaux. Toutefois, des directeurs ont parfois la latitude de commander, eux-mêmes, les cadeaux destinés à leurs clients. Généralement, ils optent pour des boîtes de chocolat en essayant tout de même de sortir de l’ordinaire. Preuve que l’on cherche davantage l’originalité, une société de la place a innové, en proposant d’imprimer le chocolat de messages publicitaires.
Dans le même sens, une autre agence propose à ses clients des idées de cadeaux originaux en fonction de leurs objectifs de communication. On a vu ainsi apparaître des coffrets de cirage ou des étuis de cravates. «Nous espérons proposer des cadeaux utiles et orignaux», souligne Sofia Kabbaj, la gérante d’Inter ‘Act