Les entreprises de textile de Tanger redémarrent laborieusement

121 des 143 entreprises membres de l’Amith ont repris leurs activités
La capacité de production n’est utilisée qu’à  hauteur de 20%
Les inondations ont aggravé une situation déjà  sombre.

Une semaine après les inondations qu’a connues la ville, les entreprises de textile de Tanger sortent peu à peu la tête de l’eau, au propre comme au figuré. Sur les 143 unités de la région, membres de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith), 121 ont   repris leur activité. Début novembre, 20% seulement des capacités de production étaient utilisées, mais les industriels, qui ont pris du retard sur leur calendrier de livraison, sont quand même rassurés. Selon Kamal Mazari, président du bureau régional de l’Amith, l’élan de solidarité inter-entreprise a facilité le rapide redémarrage. En effet, les entreprises moins ou peu touchées ont travaillé pour les confrères en vue de les aidant à réaliser à temps leurs commandes, offert des matières premières ou prêté leurs machines. Les ouvriers ont aussi mis la main à la pâge et nombreux sont ceux qui sont venus travailler bénévolement pour remettre les installations en état de marche. Mais pour les entreprises les plus touchées, la reprise ne se fera que dans un à trois mois.
Pour l’heure, les sinistrés s’occupent à réparer les machines dont la plupart nécessitent un changement de moteur coupe fil automatique ou de carte électronique. Le problème est qu’il y a une pénurie de moteurs en raison de la forte demande, d’où l’utilisation de moteurs normaux nécessitant une intervention manuelle. En définitive, les recrutements ont fortement repris en dépit de pertes matérielles variant entre 5 et 15 MDH (chiffres  non officiels) par entreprise. En fait, les inondations n’ont fait qu’aggraver la situation des entreprises de la zone nord qui travaillent pour l’essentiel avec les donneurs d’ordre espagnols confrontés, depuis avril dernier, à la baisse de la consommation sur leur marché. Même si les industriels font tout pour maintenir le niveau d’affaires avec leurs principaux donneurs d’ordre que sont Inditex, Induico et Mango, le chiffre d’affaires réalisé sur le marché ibérique, entre 6 et 6,5 milliards DH, accusera un recul.

Les industriels baissent les prix pour garder les commandes

Certains gros sous-traitants disent même avoir accepté de réduire leurs prix pour maintenir leur activité et conserver leurs effectifs qui s’élèvent globalement dans la région à 60 000 emplois. Quant aux petites entreprises qui travaillent pour leur compte, elles souffrent déjà d’une importante baisse d’activité.