Les Emiratis prennent pied dans l’audiovisuel marocain

Avec l’entrée de Nekst Investments et Steeds Medias dans son capital, « Medi1 Tv » s’apprête à  franchir une nouvelle étape dans son développement. Au-delà  d’un simple soutien financier, Medi1 Tv compte également sur l’expérience dans l’industrie audiovisuelle de ses nouveaux actionnaires.

C’est une information qui a pris de court plus d’un : Medi1 TV accueillera des investisseurs étrangers dans son tour de table. Il s’agit des émiratis Nekst Investments et Steeds Medias, deux grands noms de la scène médiatique arabe, qui devraient injecter 800 MDH dans les caisses de la chaîne marocaine à travers une augmentation de capital. Cette enveloppe devrait permettre de financer l’investissement dans les équipements technologiques, la programmation et le renforcement des compétences humaines. L’opération n’attend plus que l’autorisation de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA).

Il n’y aurait rien d’étonnant dans cette information, n’était-ce le fait que pour beaucoup d’observateurs, la situation actuelle du secteur de l’audiovisuel marocain est loin d’être attrayante pour un quelconque investissement privé. Ce n’est en effet un secret pour personne que les trois chaînes marocaines peinent à se maintenir à flot. Les recettes publicitaires dans le secteur sont en chute libre depuis deux ou trois ans et aucun signe de reprise ne se profile à l’horizon. Medi1 TV, à l’instar de ses consœurs du secteur public, évolue dans ce même contexte et cumule les déficits depuis sa création.

Cinq grands opérateurs étaient intéressés par la chaîne

Que peut donc intéresser des investisseurs étrangers dans une chaîne télé déficitaire ? Le top management de Medi1 TV s’en défend : si la chaîne n’est pas encore rentable, cela ne veut pas forcément dire qu’elle constitue un mauvais investissement. Et pour cause, durant ces trois ans d’existence, l’objectif principal était la construction d’un actif de valeur, que ce soit à travers le renforcement des moyens techniques et humains ou l’image et du positionnement sur la scène nationale. «C’était d’ailleurs le deal passé avec les actionnaires historiques. Ces derniers étaient prêts à supporter les pertes de la chaîne tant que celle-ci améliorait la valorisation de son actif. C’est ce qui a été fait durant les trois dernières années», explique Abbas Azzouzi, PDG de la chaîne, avant d’ajouter que «pour toute entreprise nouvellement créée, les investissements sont nettement plus importants que les recettes qu’elle peut dégager durant ses premières années d’existence». Cela dit, cet engagement des actionnaires actuels de Medi1 TV était arrêté dans le temps. Il était en effet prévu dès le départ que ce soutien s’estomperait en 2013. Dès lors, la chaîne devait trouver une nouvelle source de financement.

C’est là la principale motivation de l’opération séduction entamée depuis plusieurs mois avec l’objectif de convaincre de nouveaux actionnaires d’investir dans la chaîne. Ainsi, un road show de plus de 18 mois avait été initié et les responsables de la chaîne ont rencontré plusieurs opérateurs dans le secteur, et ce, en Europe, aux Etats-Unis, dans le Golfe et même au Maroc. Selon M. Azzouzi, au moins cinq grands opérateurs étaient intéressés par Medi1 TV. Mais Nekst Investments et Steeds Medias ont réussi à faire pencher la balance de leur côté grâce à deux facteurs principaux : la proximité culturelle avec le Maroc et le fait qu’ils font preuve d’une expérience non négligeable au niveau opérationnel.

Il ne devrait pas y avoir de changement dans la ligne éditoriale

Cela veut-il dire qu’il y aurait des changements stratégiques dans la gestion de la chaîne ? Pas si sûr ! Comme tout actionnaire, Nekst Investments et Steeds Medias auront bien entendu leur mot à dire. «Cependant, il faut savoir que les négociations pour leur entrée dans le capital ont déjà permis d’arrêter les grands axes de développement à venir, qui ne sont finalement pas différents de ce que nous prévoyions. Maintenant, il reste à définir la manière avec laquelle nous allons tenter de les atteindre et c’est là où l’expérience des deux investisseurs pourrait nous être utile», précise le PDG de Medi1 TV.

La chaîne du détroit ne devrait donc pas connaître de changement au niveau de sa ligne éditoriale. Elle compte toujours baser sa programmation sur l’information, l’investigation et la découverte. En termes d’audience, en plus du Maroc, elle cible également les pays où la communauté maghrébine est importante.