Les dépôts de brevets marocains en hausse de 59% au premier semestre

Forte augmentation des dépôts émanant des universités. Les brevets d’origine étrangère totalisent 393 contre 423 au premier semestre 2012.

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) enregistre pour son premier semestre 2013 de belles – et étonnantes, pour ceux qui pensaient l’industrie marocaine endormie – performances. Ce sont tout d’abord les demandes de brevets d’invention déposées à l’office qui ont sensiblement progressé par rapport à l’année dernière. C’est ainsi que 549 demandes de brevets d’invention ont été déposées pendant les 6 premiers mois de l’année en cours, contre 521 durant la même période l’année dernière, soit 5% de croissance. Cette nette progression est exclusivement due aux dépôts d’origine marocaine qui ont connu un véritable bond par rapport aux années précédentes. De janvier à juin 2013, 156 demandes d’origine marocaine ont ainsi été faites auprès de l’OMPIC, contre 98 l’année dernière, soit une amélioration de 59%. Les dépôts d’origine étrangère ont en revanche légèrement reculé, passant de 423 au premier semestre 2012 à 393. «Cette performance est réalisée grâce aux efforts de sensibilisation et actions de proximité réalisées par l’OMPIC ainsi qu’aux mesures incitatives inscrites dans le cadre de la stratégie Maroc Innovation», relève-t-on du côté de l’office. Ce dernier constate par ailleurs une augmentation de 204% des dépôts émanant des universités, avec 79 demandes en 2013 contre 26 en 2012, de 17% des demandes déposées par les centres de recherche, avec 7 demandes dont 6 émanant de la fondation MASCIR, et de 50% des demandes réalisées par des entreprises (24 dépôts contre 16). Résultat, les personnes morales pèsent désormais pour 71% du total des dépôts d’origine marocaine.

Légère reprise des dépôts de dessins et modèles industriels

Pour ces six premiers mois, ce sont les secteurs de la mécanique (23%), de l’électricité, des télécommunication et technologies de l’information (21%) et de la chimie et métallurgie (20%) qui viennent en tête des demandes d’origine marocaine régularisées et examinées par l’office. Juste derrière, on retrouve l’instrumentation (16%) et les produits pharmaceutiques (9%). Les 11% restants sont partagés entre les biens de consommation, le mobilier, le génie civil et d’autres domaines. Après avoir enregistré une baisse depuis 2010, le dépôt de dessins et modèles industriels reprend tout doucement. 519 dépôts ont été faits entre janvier et juin 2013. L’OMPIC n’a pas non plus chômé du côté de l’enregistrement de marques puisque 3 340 demandes d’origine marocaine et 976 d’origine étrangère, soit un total record de 5 963 demandes, ont été déposées.