Les créances en souffrance frôlent les 85 milliards de dirhams

Le portefeuille des créances en souffrance des banques a décéléré en enregistrant une hausse de 6,7%, pour atteindre près de 85 milliards de dirhams (MMDH) en 2021, contre une augmentation de 14% un an auparavant, ressort-il du 9ème rapport annuel sur la stabilité financière, publié par Bank Al-Maghrib (BAM), l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale (ACAPS) et l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC).

Ce ralentissement ayant concerné à la fois les prêts accordés aux ménages et ceux en faveur des entreprises non financières, serait lié à la reprise de l’activité économique, précise le rapport.

Les créances non performantes des ménages, détenues par les banques, ont décéléré par rapport à 2020, passant d’une progression de 19,3% à 7,8% et culminant plus de 30 MMDH, ajoute la même source.

S’agissant des entreprises non financières, leurs créances en défaut ont augmenté de 6,6% contre 11,3% une année auparavant. Les secteurs d’activité les plus sinistrés sont ceux du BTP, des industries manufacturières et de l’hôtellerie, enregistrant respectivement des hausses de 17,3%, 9,1% et 30,1%, soit des créances additionnelles de 1,5 MMDH, 1,3 MMDH et 1,1 MMDH de dirhams d’une année à l’autre.

Ledit rapport fait savoir que dans l’ensemble, le taux de sinistralité moyen du secteur bancaire s’est établi à 8,5%, contre 8,2% une année auparavant. Pour les trois banques systémiques ensemble, ce ratio s’est établi à 7,9% en 2021 après 7,5% en 2020.

Par catégorie, l’encours des créances compromises, représentant plus de 83% des créances en souffrance, a connu une décélération, revenant à 8,7%, après 13,8% une année auparavant, pour s’établir à 70,8 MMDH.  Les créances pré-douteuses ont augmenté de 12,8%, tandis que les créances douteuses ont enregistré une contraction de 12,5%. Celles-ci représentent respectivement 8% et 9% du total des créances en souffrance.

Dans ce contexte d’augmentation de la sinistralité, les provisions spécifiques ont enregistré une hausse de 4,9% contre 12,9% en 2020, ramenant le taux de couverture moyen à près de 68% après 69%.

Ce taux ressort à 74,8% pour les créances compromises, 50,7% pour les créances douteuses, et 9,4% pour les créances pré-douteuses. Pour les trois banques systémiques, le taux de couverture s’est établi autour de 67%, selon le rapport. Les banques ont également constitué des provisions à caractère général, d’un montant de 13,5 MMDH, en légère baisse de prés 1,9% par rapport à 2020. Ces provisions constituent pour les banques un volant de sécurité permettant de couvrir les risques latents.