Les conseillers agricoles privés créent leur fédération nationale

La fédération regroupe les six associations régionales des conseillers agricoles privés. Le nombre de conseillers agricoles agréés est estimé à plus de 350. Cette profession vient en complément de l’offre de conseil agricole publique.

C’est un pas de plus dans la structuration des professions et filières agricoles. Les conseillers agricoles agréés ont tenu, le 9 septembre à Rabat, l’Assemblée Générale constitutive de la Fédération nationale interprofessionnelle des conseillers agricoles privés (FICAP). L’objet de cette fédération est de «garantir l’exercice et défendre les droits de la profession de conseiller agricole». L’ordre du jour de l’Assemblée Générale constitutive portait sur l’approbation du projet de statut et l’élection des membres du bureau fédéral de la FICAP regroupant les six associations régionales des conseillers agricoles privés : Rabat-Salé-Kénitra, Casablanca-Settat, Marrakech-Safi, Béni Mellal-Khénifra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Fès-Meknès. La FICAP compte, au total, dix-huit adhérents, soit trois issus de chacune des six associations régionales.

S’exprimant à l’occasion de l’ouverture de l’Assemblée Générale, Ahmed Ouayach, président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), fait remarquer que «l’agriculture d’aujourd’hui n’est plus celle de nos ancêtres. Elle revêt un caractère de plus en plus scientifique et doit faire face aux contraintes du changement climatique. D’où l’importance de la recherche et développement et du conseil agricole qui constituent, à eux deux, des facteurs déterminants pour la réussite du Plan Maroc Vert».

L’exercice du métier est conditionné par l’obtention d’un agrément

Après les interventions des présidents des associations régionales des conseillers agricoles privés, il a été procédé à l’approbation du projet de statut de la fédération. Les membres présents à l’Assemblée Générale n’ont toutefois pas exclu de modifier le statut à une date ultérieure, tout en insistant sur la nécessité que celui-ci reste conforme aux dispositions de la loi n° 62-12 relative à l’organisation de la profession de conseiller agricole. Par la suite, l’Assemblée Générale a élu les six membres du bureau fédéral de la FICAP, dont Sadiq Idrissi, président, et Ali Bekouchi, secrétaire général.

En ce qui concerne la profession de conseiller agricole, le président de la FICAP, qui est également patron d’un bureau d’études, PCM Consulting, spécialisé dans le conseil, la formation et l’accompagnement dans le domaine du développement agricole, explique que «le conseil agricole privé vient en complément de l’offre de conseil agricole publique, dont notamment celle de l’Office national du conseil agricole (ONCA)». Selon lui, «dans le cadre du conseil agricole privé, il convient de distinguer trois parties : l’appui technique pour l’amélioration de la production, l’assistance à la gestion de l’entreprise agricole et l’aide à l’accès au marché, qu’il soit national ou international». Autrement dit, il s’agit d’accompagner l’agriculteur marocain et ce, quelle que soit sa taille, afin qu’il puisse «produire, valoriser et vendre». Et d’ajouter qu’«auparavant tout le monde pouvait faire du conseil agricole, mais actuellement la Loi a réglementé l’exercice de la profession», qui est désormais soumis à l’obtention préalable d’un agrément délivré, après avis de la Commission nationale du conseil agricole.

Un diplôme d’ingénieur en agronomie ou de technicien agricole est exigé au gérant d’une société

D’après les dispositions de la loi n° 62-12 du 12 mai 2014, le conseiller agricole a pour mission de «prodiguer le conseil et l’encadrement technique et technologique dans les domaines de production agricole végétale et animale, d’utilisation des facteurs de production agricole, d’aménagement hydro-agricole et foncier, de gestion technique et économique des exploitations agricoles, de valorisation et de commercialisation des produits agricoles, d’organisation professionnelle et tous autres domaines liés à l’activité agricole». De même que le texte conditionne l’octroi de l’agrément (pour une personne physique ou pour la personne physique gérant une société) à l’obtention d’un diplôme d’ingénieur en agronomie ou de technicien agricole. L’agrément est délivré pour une période de cinq ans, renouvelable pour une durée similaire.

A l’heure actuelle, le nombre de conseillers agricoles agréés est estimé à plus de 350, à travers l’ensemble du Royaume. Ce nombre est appelé à augmenter à l’avenir, du fait de la multiplication des projets de développement agricole, résultant de la mise en œuvre du Plan Maroc Vert, et des défis croissants auxquels sont confrontés les agriculteurs.

Le bureau de la FICAP est constitué de : – Sadiq Idrissi, président (Association régionale Rabat-Salé-Kénitra) ; – Fakhr Eddine El Kardi, vice-président (Association régionale Marrakech-Safi) ; – Ali Bekouchi, Secrétaire général (Association Régionale (Fès-Meknès) ; – Abdelnabi Al Habz, vice-secrétaire général (Association régionale Tanger-Tétouan-Al Hoceima) ; – M’barek Biaa, trésorier (Association régionale Béni Mellal-Khénifra) ; – Fouad Chiguer, vice-trésorier (Association régionale Settat-Casablanca).