Les concessionnaires auto tentent de sauver l’année en baissant les prix

La croissance des ventes par rapport à  2007 sera de 19% au lieu des 25% prévus.
Grosses promotions sur les prix pour écouler les stocks.

En cette fin d’année, les concessionnaires automobiles mettent le paquet sur la promotion pour donner du tonus au marché.Au rythme actuel, les ventes ne croîtront que de 18 à 19% par rapport à 2007, contre plus de 20% durant les dernières années. Pour Mehdi Taktak, DG de la Centrale automobile chérifienne (CAC), ce tassement risque de se confirmer l’année prochaine sur tous les segments. Ces perspectives moroses incitent les concessionnaires, dont les stocks ont été constitués en prévision d’une croissance de 25% ou plus, à montrer plus d’agressivité sur le plan commercial.

La baisse des droits de douane absorbée par l’appréciation de l’euro
Comme d’habitude, «ce sont ceux qui ont présenté des nouveautés qui s’en sont le mieux sortis, cette année», explique Reda Taktak.Ainsi, la société qu’il dirige a enregistré des progressions de 50%, 20%, 40% et 25%, respectivement pour Volkswagen, Audi, Skoda et Porsche. Le renouvellement de la gamme (206, 207 et 308) a permis également à Peugeot de s’en tirer à bon compte.Certaines marques ont fait prévaloir d’autres arguments comme le rapport qualité/prix.C’est le cas de Kia qui reste intouchable sur le segment du tourisme importé grâce à son «best seller», la Picanto. Le groupe Renault, en baisse de 1,47% sur l’importé, domine largement la concurrence sur le segment du tourisme avec la Logan.
Pour pousser les ventes, les concessionnaires ont dû aussi consentir de gros efforts en matière de communication. La CAC a ainsi augmenté son budget de 40% par rapport à l’année dernière, à 15 MDH. Le contexte n’est pas aussi favorable qu’on l’espérait, mais les concessionnaires ne sacrifient pas pour autant leurs marges. Et si certaines voitures sont devenues plus accessibles, c’est parce qu’on a réduit une partie de leurs équipements (comme le cuir, les jantes aluminium…), avec un même niveau de sécurité, pour les offrir à des prix attractifs. Le prix de la Passat 1.9L, par exemple, est passé de 300 000 DH à 254 000 DH ; le Touareg, qui était proposé à plus de 500 000 DH, s’affiche à 398 000, et la Polo 1.2L se vend à 131 300 DH contre 150 000 DH. Sur les modèles de luxe, commente le DG de la CAC, les prix n’ont pas bougé.
Zineb El Jazouli, en charge de la communication chez Renault, estime, quant à elle, que la baisse des droits de douane sur les véhicules importés d’Europe (à partir de 2007, cette taxe baisse de 15% chaque année pour les petites motorisations, avec un objectif de 0% en 2012) n’est pas forcément répercutée sur les prix de vente. En cause, explique-t-elle, l’appréciation de l’euro par rapport au dirham. Reste que la courbe a commencé à s’infléchir depuis deux mois et que, si elle continue, on devrait normalement le ressentir au niveau des prix.