Les commerçants face à la contrainte sanitaire et la recherche de soutien étatique

• Le ministère de l’industrie et du commerce a publié récemment un guide des mesures sanitaires à adopter par les commerçants indépendants et les centres commerciaux.
• Le secteur du commerce avec ses différentes branches pèse 8 % du PIB national et emploie quelque 1,5 million de personnes.
• Le ministère compte mieux accompagner les petits commerçants.

La reprise des activités du commerce est appelée à s’amplifier avec la levée graduelle des restrictions. En effet, les opérateurs économiques ont commencé à reprendre du service conformément aux recommandations du ministère de l’économie et des Finances. Les cafés et les restaurants ont redémarré leurs activités en vertu d’une décision du ministère de l’intérieur. Conscients de l’impératif d’encadrer minutieusement la reprise avec des directives strictes, le ministère de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique vient de publier un guide des mesures sanitaires à adopter par les commerçants indépendants et les centres commerciaux.
Le ministère de tutelle explique que les commerces indépendants doivent disposer des affiches de sensibilisation sur les règles et les mesures de protection contre la Covid-19 à appliquer avant l’accès des clients au magasin, et ce, avant même sa réouverture. Concernant les mesures préventives, le ministère de tutelle souligne qu’il faut adopter les mesures de sécurité sanitaire, notamment le nettoyage et la désinfection régulière du magasin et de ses fournitures. Les commerçants sont également appelés à veiller à la sensibilisation régulière des clients.
De plus, la mise en place de barrières est exigée pour limiter le contact direct entre les employés et les clients tels que l’utilisation des outils de protection comme les gants, les masques, les visières, la mise à leur disposition des gels hydroalcooliques avec une bonne aération des espaces de vente. Les commerçants sont appelés à s’assurer que le nombre de clients à l’intérieur du magasin est toujours réduit. La mise en place des stickers sur le sol pour le respect des distances de sécurité devant le magasin et devant les caisses est également indiquée dans le guide.

Réunion avec les Chambres de commerce pour examiner leurs doléances

Ceci dit, le document élaboré par le ministère liste également une série de mesures à appliquer au sein des centres commerciaux et des «Kissariat». Ces derniers doivent mettre à la disposition des professionnels et des clients toutes les fournitures nécessaires pour se protéger, notamment en équipant les entrées et les sorties du centre commercial de distributeurs de produits désinfectants. Il faut également prendre la température des individus avant l’accès au centre commercial. Le guide insiste sur une désinfection globale hebdomadaire du centre, y compris les magasins et les espaces communs.
Le ministère exige la surveillance de l’accès au centre pour limiter le nombre de clients. Dans ce même dessein, il est demandé de réduire le nombre de places dans les parkings. Concernant les «Kissariat», la tutelle recommande aux commerçants de se mettre d’accord sur une solution qui serait efficace pour éviter les foules.
Le 14 mai, le ministre de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique a tenu une réunion en visioconférence avec le bureau de la Fédération des Chambres marocaines de commerce, d’industrie et de services, avec la présence des présidents des Chambres régionales marocaines. Ordre du jour : plancher sur les propositions soumises à la tutelle par la fédération et visant l’accompagnement des secteurs économiques pour dépasser les impacts de la crise sanitaire. Le ministre y a relevé la qualité des propositions faites par la fédération relayant les attentes des différentes catégories des professionnels dans le commerce, l’industrie et les services. Si la majorité des secteurs économiques souffre d’une manière ou d’une autre des effets de cette crise, les commerçants disent avoir été très fragilisés par les mesures de l’état d’urgence sanitaire. A noter que le secteur du commerce avec ses différentes branches (de proximité, de gros et moderne) pèse environ 8 % du PIB national et emploie quelque 1,5 million de personnes.
Le ministère de tutelle a mis en avant un certain nombre de leviers pour soutenir les commerçants et préparer leur relance. À commencer par la finalisation de la stratégie nationale pour le développement du secteur du commerce conformément aux recommandations du Forum national sur le commerce qui s’est tenu à Marrakech en avril 2019. Il a été convenu d’accélérer la mise en place de mesures sociales au profit des professionnels, notamment la partie liée à la retraite et à l’assurance maladie. La Covid-19 a mis à nu les conséquences de l’absence de filets sociaux, dès que survient un arrêt d’activité.
Il a été également décidé de mieux accompagner les petits commerçants qui ont été sérieusement mis à mal par les effets de la crise pandémique. Enfin, les participants à la réunion ont convenu de constituer des comités régionaux pour soutenir et accompagner les commerçants, les professionnels et les entreprises dans la phase de redémarrage de l’activité.