Les banques optent de plus en plus pour des agences dédiées aux entreprises

Les centres d’affaires assurent une gestion rapprochée des comptes d’entreprises

La proximité permet au client de bénéficier d’un suivi personnalisé et d’une plus grande réactivité.

N’importe quel banquier vous le dira, les établissements de la place accompagnent quotidiennement les entreprises pour faire leur mise à  niveau en dehors des canaux et des dispositifs et instruments officiels. Normal ! le poids des petites et moyennes entreprises dans le tissu économique en termes de valeur ajoutée et d’emplois ne peut pas les laisser indifférents.
Ainsi, la plupart des grandes banques de la place se sont dotées depuis longtemps de directions PME ou de directions restructuration industrielle, et, aujourd’hui, la tendance, déjà  bien installée, est de dédier des agences bancaires (appelées centres d’affaires) exclusivement aux entreprises, et d’autres aux particuliers et professions libérales. Cela permet, souligne M’fadel Lahlaissi, directeur à  la BMCE, «une gestion rapprochée des comptes d’entreprises, autrefois éparpillées, et une remontée de l’information, bénéfique à  la fois pour la banque et pour l’entreprise».

L’objectif des banques est aussi de rationaliser la gestion
Sur 80 agences BMCE à  Casablanca, une dizaine gèrent uniquement les comptes d’entreprises et sont situées à  proximité des zones d’activités économiques. Une telle démarche s’est traduite, selon M. Lahlaà¯ssi, par une meilleure satisfaction de la clientèle, en ce sens que l’agence bancaire n’est plus cette boà®te aux lettres, obligée de tout transmettre au siège pour que les dossiers soient traités par les équipes spécialisées. Aujourd’hui, dans la mesure o๠les centres d’affaires sont gérés par des équipes spécialisées dans les comptes d’entreprises, les décisions sont plus rapides. A côté des services classiques, les clients peuvent aussi bénéficier de conseils personnalisés sur certains dossiers. Même son de cloche chez Attijariwafa Bank, qui compte une trentaine de centres d’affaires à  travers le Royaume, o๠officient des chargés d’affaires et des analystes financiers travaillant en binômes sur des portefeuilles allant jusqu’à  60 comptes. « Cela permet, explique Mustapha El Jaà¯, responsable des PME à  la banque, de toucher un marché stratégique et de faire un travail d’accompagnement des entreprises avec l’expertise appropriée». La BMCI compte aussi huit centres d’affaires à  Casablanca avec tout un dispositif et des ressources humaines dédiés aux comptes d’entreprises. Les équipes sont composées, outre le directeur du centre, de responsables clientèles entreprises, de chargés d’affaires et d’assistants. Là  aussi, la proximité est de rigueur car, explique Mohammed Haitami, directeur du Réseau entreprises et du commerce international, «il n’y a pas de bon ou de mauvais secteur, il n’y a que de la bonne ou de la mauvaise gestion.»