Les assureurs marocains avancent leurs pions sur l’échiquier africain

Saham Assurance vient de consolider sa présence sur le continent par une acquisition récente en Afrique de l’Est. RMA Watanya table sur 400 à  500 millions de dollars de primes émises sur le marché africain d’ici 2020. Wafa Assurance veut créer des filiales en s’inspirant de la bonne performance d’Attijari Assurance en Tunisie.

L’Afrique n’a jamais été aussi convoitée par les assureurs marocains. De par le potentiel qu’il recèle, le continent séduit de plus en plus la majorité des compagnies. D’un part, le marché africain de l’assurance a affiché en 2012 une croissance soutenue de 4% avec des primes émises de l’ordre de 72 milliards de dollars ou 615 milliards de DH. Au niveau mondial, il contribue dorénavant de 1,56% à l’activité du secteur contre 1,48% en 2011.  D’autre part, «alors que le rapport de l’assurance au PIB est de 7,6% en Europe et de 6,9% aux Etats-Unis, il n’est que de 3% en moyenne en Afrique, et seulement de 1% si nous excluons l’Afrique du Sud. C’est dire que le marché africain est l’un des derniers bastions non conquis dans le monde», explique Mehdi Tazi, directeur général de Saham Assurance (ex-CNIA-Saâda). Vue sous un autre angle, la prime moyenne par habitant est de 49 dollars en Afrique, contre 1 850 en Europe et 1 470 aux Etats-Unis, selon les dernières données disponibles.

La majorité des compagnies d’assurance marocaines lorgnent leur part du gâteau en prenant pied en Afrique ou en consolidant leur présence. A leur tête, la plus ancrée dans le continent, Saham Assurance. Ce groupe, qui a donné un nouveau sang à sa présence en Afrique à travers une nouvelle architecture de marque, vient d’acquérir très récemment une compagnie en Afrique de l’Est, après avoir acheté une autre compagnie africaine en 2012. Selon son management, Saham Assurance est aujourd’hui présent dans 21 pays, essentiellement africains. Il réalise un volume de primes d’environ 1 milliard de dollars, ce qui fait de lui le premier assureur africain en dehors de l’Afrique du Sud. «Nous réalisons environ 45% de notre chiffre d’affaires en Afrique, hors Maroc qui en génère 40%, avec 25% en Angola et 20% en Afrique de l’Ouest. Le reste des primes étant émis au Liban à hauteur de 10%, les 5% restants sont réparties sur d’autres pays», affirme M.Tazi. «Nous comptons continuer à asseoir notre présence dans le continent à travers d’autres acquisitions puisque nous pensons que les perspectives de développement du marché africain de l’assurance sont excellentes pour les années à venir. La croissance de ce marché hors Afrique du Sud devrait se rapprocher de 10% par an», anticipe-t-il.

Egalement consciente de ce potentiel de croissance, RMA Watanya vient de racheter 40% du capital de Beneficial Life Insurance Company (6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2012), prenant à l’issue de cette opération le contrôle de quatre compagnies opérant en Côte d’Ivoire, au Cameroun et au Togo. La compagnie d’assurance du groupe FinanceCom table dans son aventure africaine sur un volume de primes émises de 400 à 500 millions de dollars à terme. Pour y parvenir, elle vise à s’implanter dans une dizaine de pays à travers des acquisitions ou des opérations de Greenfield d’ici 2020. «Notre ambition est de construire, là ou le potentiel et l’opportunité se présentent, un groupe panafricain d’assurance en nous appuyant sur le réseau bancaire du groupe BMCE, notre expertise technique dans le domaine de l’assurance et les atouts des partenaires locaux», confie Zouheir Bensaïd, président du directoire de RMA Watanya.  

La SCR est présente dans le capital de la Société sénégalaise de réassurance

Suivant la même logique, Wafa Assurance compte poursuivre l’aventure qu’elle a commencée en Tunisie il y a un an à travers la création de Attijari Assurance, en association avec Attijari Bank Tunisie. «Pour nos projets en Afrique subsaharienne, nous n’allons pas effectuer des acquisitions comme cela était prévu. Nous allons dupliquer le mode d’implantation opéré en Tunisie, à savoir la création d’une nouvelle entité», a fait savoir Mohamed Ramses Arroub, PDG de Wafa Assurance, lors de la présentation des résultats 2013. Selon l’assureur, les pays ciblés en premier lieu sont la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Cameroun et le Sénégal, entre autres. C’est-à-dire là où il y a la matière assurable la plus conséquente. Pour le management de Wafa Assurance, les bonnes réalisations de la filiale tunisienne, qui revendique déjà 7% du marché, confortent ce choix. Elle compte travailler en synergie avec le réseau bancaire que compte Attijariwafa bank en Afrique.
Pour sa part, le groupe Holmarcom serait aussi en cours d’étudier le développement de ses activités d’assurance au niveau du continent, notamment en Afrique subsaharienne.
Soulignons que la société centrale de réassurance est également présente en Afrique. Elle détient 19,5% du capital de la Société sénégalaise de réassurance, SEN-Ren.