Les actionnaires de Maghreb Siyaha Fund y injectent 200 MDH pour relancer les projets bloqués

Depuis un an, les relations de sa maison mère Actif Invest avec les investisseurs se sont détériorées.
L’argent débloqué servira à  relancer le chantier du Centre multifonctionnel de Gueliz à  Marrakech.
Le projet comprend shopping center, hôtel et immobilier de luxe.

Après une année 2009 où ses relations avec les investisseurs qui lui ont fait confiance se sont fortement détériorées, Actif Invest retrouve de la couleur. En effet, la société de gestion appartenant au Pole Argan Invest de FinanceCom (groupe Benjelloun) vient d’obtenir des actionnaires de Maghreb Siyaha Fund (MSF) qu’elle gère depuis fin 2007 une libération de 200 MDH qui fait hisser le capital de ce véhicule de 500 MDH à 700 MDH. Cette «rallonge» qui aurait pu être une simple formalité pour le gestionnaire d’actif qui a acheté, à tour de bras, terrains, fonds de commerce, hôtels, immeubles et envisageait de participer à tous les méga-projets importants du pays (stations balnéaires, sites intégrés, marinas…), tombe à point nommé pour relancer plusieurs chantiers bloqués depuis plus d’un an tels le Centre multifonctionnel de Guéliz (CMG) développé à Marrakech en partenariat avec le français Hermes. Il faut dire que les actionnaires composés aussi bien des «membres de la famille» tels RMA Watanya et FinanceCom que des tiers à l’instar d’AXA Assurrances Maroc ont été échaudés, début 2009, par la multiplication des acquisitions à la veille d’un retournement conséquent des marchés immobilier et touristique, alors qu’ils avaient renoncé auparavant à leur pouvoir décisionnaire en optant pour une gestion discrétionnaire.

2,5 milliards de DH de capital ciblés initialement par Actif Invest

Résultat : au lieu de boucler les 2,5 milliards de DH ciblés initialement, les bailleurs de fonds ont préféré lever le pied voire diligenter des audits financiers et opérationnels assez poussés. Actif Invest n’en sortira point indemne puisque, entre-temps, les frais de gestion ont été suspendus, les équipes ont été réduites et le directeur général a fait les frais de leur ire. Enfin, la gestion discrétionnaire a été abandonnée au profit d’une approche plus classique où la décision finale d’investissement revient à un Comité d’investissement souverain et issu des actionnaires -ce qui est généralement la norme dans les fonds d’investissement au Maroc.
S’agit-il donc d’une reprise totale de confiance ou d’une simple bouffée d’oxygène pour sauver les projets entamés de l’asphyxie voire de la perte de valeur ? Difficile d’y répondre dans l’absolu mais, selon nos informations, il semblerait que la confiance (actif majeur d’un gestionnaire de fonds) ait été sérieusement écornée entre l’actionnaire et Actif Invest. Ceci étant dit, cet apport quoique limité a été immédiatement transvasé dans l’une des sous-structures de MSF à savoir Maghreb Siyaha Fund Resorts qui est impliquée dans le Centre multifonctionnel de Guéliz dont bon nombre de fournisseurs étaient en rupture de paiement depuis plusieurs mois. Ce projet important en plein cœur de Marrakech, dont les études ont démarré dès 2008, comprend un shopping center de 27 000 m2 composé de 80 boutiques, un premier grand marché de frais moderne, un hôtel 5 étoiles de 204 chambres géré par l’enseigne internationale de renom Radisson, un programme résidentiel prestigieux de 80 appartements et duplex et un parking de 850 places. Outre le projet CMG et des parts dans Port Lixus, MSF est aujourd’hui propriétaire de terrains à Marrakech (à Atlas Golf Resort et à Zahrat Ennakhil), d’un hôtel en cours de construction à Agadir (le Targa avec ses 231 chambres), de l’Hôtel Lagune à Oualidia et de participation aux tours de table de Ouarzazate Lake City, Cala Iris (Eco-resort près de Nador).