L’équipementier télécoms espagnol Amper quitte le Maroc

En raison de la crise, le groupe s’est résolu à  rationaliser sa présence à  l’international en se retirant de certains marchés jugés non stratégiques. Le Maroc était sa seule implantation directe en Afrique.

Près de dix ans après s’y être implanté dans le sillage de juteux contrats gagnés avec le deuxième opérateur télécoms, Méditel, l’espagnol Amper quitte le Maroc. Ce leader ibérique de la conception, de la fabrication et de l’intégration d’équipements de communication et de systèmes de contrôle, vient de liquider sa filiale Amper Telecommunication qui employait, au milieu de la décennie écoulée, plusieurs dizaines de salariés, et atteint une apogée commerciale avec le pic d’investissement consenti par les opérateurs télécoms marocains dans les stations GSM et autres équipements d’ADSL.
Il faut dire que l’activité marocaine d’Amper n’a jamais pu couvrir l’ensemble des métiers adressés par la maison mère espagnole à savoir, outre les équipements télécoms, les équipements de défense (systèmes embarqués et avioniques, systèmes intégrés de détection, systèmes de communication radio, de formation et de simulation…) et les équipements de sécurité (systèmes de commande, de contrôle des frontières et des infrastructures, de localisation…).

Le groupe a dû rationaliser sa présence à l’international

Aussi, devant de fortes turbulences financières (baisse du chiffre d’affaires et de la rentabilité, restructuration de la dette financière, capitalisation boursière quasiment divisée par trois entre 2009 et aujourd’hui où elle ne totalise que 70 millions d’euros, soit près de 800 MDH…) le groupe Amper a dû rationaliser sa présence à l’international et sacrifier par conséquent certains marchés jugés non stratégiques, dont le Maroc qui incarnait son unique implantation directe en Afrique. Le groupe coté à la Bourse de Madrid est resté par ailleurs solidement implanté en Amérique latine et Amérique centrale ainsi qu’en Chine et à Dubaï.