Legler Maroc lève un emprunt de 275 MDH sur le marché domestique

L’opération, montée par BMCE Bank, porte sur l’émission d’obligations classiques et d’obligations convertibles en actions
RMA Watanya, le Crédit Agricole du Maroc, la BCP et la CDG y ont souscrit.

Financière Hatt, holding du groupe Senoussi et gestionnaire de son pôle denim (jean), constitué de Legler Maroc, Atlantic Denim et Atlantic Confection, vient de lever 275 MDH, dont 175 MDH en obligations et 100 MDH en obligations convertibles en action. Cette dernière option s’inscrit dans la perspective de l’introduction du groupe Legler Maroc en Bourse, prévue pour 2009. L’opération, réalisée en «un temps record» (un mois), selon Driss Senoussi, patron du groupe, a été pilotée par BMCE Bank.

Selon M’Fadel Lahlaissi, DG de la banque corporate (grands comptes), c’est aussi la banque qui «a suggéré d’avancer cette levée des fonds, initialement prévue dans deux ans». Le fait de réaliser plus tôt que prévu «permet d’avoir un suivi des comptes et de préparer l’introduction en Bourse», ajoute-t-il.

Le groupe vise un chiffre d’affaires de 2,3 milliards de DH
Nombre d’institutionnels ont souscrit à  l’opération. Il y a RMA Watanya, le Crédit Agricole du Maroc, la BCP et la CDG (Caisse de dépôt et de gestion). D’une durée de cinq ans, les papiers ont été émis à  des conditions jugées relativement avantageuses.

M. Senoussi annonce que les ressources collectées serviront «à  la consolidation et au développement des unités Legler Maroc et Atlantic Denim». En effet, cette consolidation s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’intégration en amont et en aval du pôle jean. Legler Maroc a, faut-il le rappeler, fait le plus gros investissement jamais réalisé dans le secteur du textile, et particulièrement du denim, puisqu’une enveloppe de 1,2 milliard de DH a été nécessaire au projet qui emploie 900 personnes et qui dispose d’un équipement de haute technologie lui permettant de fabriquer du tissu denim répondant aux normes des donneurs d’ordre mondiaux.

La quasi-totalité de la production est d’ailleurs exportée sur les marchés européen et américain. Driss Senoussi table sur un chiffre d’affaires consolidé de l’ordre de 2,3 milliard de DH en 2007-2008. Et l’intégration du groupe permettra d’atteindre cet objectif et d’aller à  la conquête de gros marchés.

Aujourd’hui, l’entreprise, qui vient de démarrer ses exportations, a déjà  de grosses commandes.
Outre le tissu, les exportations portent également sur le jean confectionné par l’autre unité du groupe, Atlantic Denim, inaugurée au début du mois de mai par le premier ministre, Driss Jettou, et qui a coûté 300 MDH. Employant près de 2 500 personnes, Atlantic Denim destine toute sa production au marché américain.

Enfin, pour consolider le positionnement du groupe, et surtout renforcer son intégration, les dirigeants ont signé, avec les italiens Martelli et Lobato, un partenariat pour la réalisation d’une unité de délavage à  Aà¯n Aouda. Une enveloppe de 300 MDH sera investie dans cette affaire qui démarrera, en principe, en novembre prochain.

Le groupe a par ailleurs bouclé la restructuration de son unité de confection afin d’offrir un produit répondant aux exigences des grands fabricants de marques de jean mondiaux. Les commandes qui promettent, selon les responsables, d’être importantes seront réalisées par Atlantic Denim qui pourra aussi en sous-traiter une partie à  d’autres unités de la place.