Le torchon brûle entre Meditel et IAM

Méditel juge déloyale la dernière campagne publicitaire
télévisée de Maroc Telecom.
L’opérateur historique minimise l’affaire et se refuse à
réagir à chaud.

Le torchon brûle entre les deux opérateurs télécoms marocains, suite à la dernière campagne publicitaire télévisée intitulée Jawal, le défi, où Maroc Tecom recourt au «peplum» pour vanter la qualité de ses produits.
Meditelecom juge insultante à son égard cette publicité, destinée à la clientèle utilisatrice de cartes prépayées. Il prend à partie les chaînes de télévision publiques et la commission consultative de censure du Département de la communication pour ne pas s’être opposés à la diffusion du spot. Dans un communiqué virulent publié dans la presse écrite, le deuxième opérateur «regrette d’être dans l’incapacité de se défendre en raison de l’absence de réaction des autorités concernées… et déplore le fond de ce spot au sein duquel la représentation visuelle de Méditel et, par extension, l’image de ses clients, est dénigrée d’une manière vulgaire et inacceptable …».
La commission de censure a validé le spot télévisé
Khalil Alami, responsable de la commission de censure du ministère de la Communication, confirme que le spot incriminé par le deuxième opérateur a bel et bien été visionné par cet organe avant son passage à la télé. En l’absence de texte de loi sur la publicité comparative, l’instance de censure, précise-t-il, n’a pas émis d’avis négatif quant à la diffusion du message. En revanche, on apprend que la commission a opposé un niet à la première version du spot, où «l’adversaire» était habillé de rouge, couleur renvoyant à l’identité visuelle de Méditel. Khalil Alami ajoute que Maroc Telecom s’est rendu aux arguments de la commission.
Au sujet du contenu du message ou de sa vulgarité supposée ou réelle, un autre membre de la commission explique : «Notre rôle est de nous assurer que le spot ne porte pas atteinte à l’éthique et aux bonnes mœurs. Pour le reste, nous ne pouvons nous instituer en défenseur du bon ou du mauvais goût».
Du côté des opérateurs eux-mêmes, on ne veut pas s’étendre sur le sujet. Chez Meditelecom, on ne veut rien ajouter au communiqué paru dans la presse «où tout a été dit». On se refuse aussi à préciser quelles suites risque de connaître l’affaire. Auprès de Maroc Telecom, tout en affirmant que la diffusion du spot est maintenue, on déplore le caractère polémique que le concurrent a donné au débat. Et pour la suite ? «Maroc Telecom réagira en temps voulu, mais se refuse à le faire à chaud».
Contacté par La Vie éco, comme le reste des intervenants dans cette affaire, le Groupement des annonceurs du Maroc, en la personne de Kamal Benabdellah, ne veut pas non plus intervenir dans la polémique. «Nous n’avons été contactés ni par Méditel ni par Maroc Telecom qui sont tous deux membres de notre association. Et tant que cela n’est pas le cas, nous ne voulons pas émettre un avis sur la question».
Affaire à suivre car il est quasi certain, vu la concurrence exacerbée entre les deux opérateurs, que l’on ne s’en arrêtera pas là