Le spécialiste des installations industrielles Espanola de Montajes Metalicos s’implante au Maroc

Il a créé une filiale dénommée Entreprise marocaine de montage spécialisée dans la construction d’installations et sous-ensembles industriels métalliques et plastiques. Le groupe a déjà  réalisé deux projets au Maroc pour le compte de Métragaz et de la Samir.

Le marché marocain continue d’attirer les entreprises ibériques de maîtrise d’œuvre toutes catégories confondues. En effet, après les travaux publics qui ont connu, au cours des dernières années, la déferlante sur le marché marocain d’opérateurs espagnols et portugais qui font souvent face à la baisse des commandes dans leurs pays d’origine, c’est au tour des métiers d’ingénierie et de montages industriels de connaître un phénomène similaire. Aussi, la société Espanola de Montajes Metalicos (EMM) vient de s’installer dans le Royaume en créant une filiale à Casablanca. Reprenant l’acronyme de sa maison mère basée à Barcelone, Entreprise marocaine de montage ambitionne de se positionner sur le marché de la sous-traitance de construction d’installations et sous-ensembles industriels tant métalliques que plastiques.

Ce marché se développe à grande vitesse au Maroc dans le sillage de la montée en puissance de nouvelles zones industrielles et de la généralisation du modèle «clés en main». Mais dans lequel opèrent déjà plusieurs acteurs marocains de taille tels Buzzichelli, Delattre Levivier Maroc et Stroc Industries.

EMM cible l’ensemble du secteur industriel

Cependant, EMM ne débarque pas sur un terrain inconnu : il a déjà réalisé au Maroc deux projets d’envergure sans, toutefois, s’y implanter durablement. Il s’agit d’une station de compression installée, en 1995, sur la frontière maroco-algérienne pour le compte de Metragaz, la filiale marocaine du géant espagnol Gaz Natural qui est en charge de l’exploitation du gazoduc Maghreb-Europe, et plus récemment, en 2008, la fabrication de 35 équipements de pression pour le compte de la Samir dans le cadre de son projet «Upgrade».

Ayant pour capital de démarrage 1 million de DH, EEM envisage d’étoffer rapidement sa première filiale hors d’Europe et d’en faire un opérateur compétitif. Outre les énergéticiens, l’entreprise vise à offrir ses services également aux clients opérant dans l’automobile, l’agroalimentaire, la chimie ou la pharmacie, soit des secteurs dans lesquels sa maison mère dispose de références solides.