Le SIAM consolide sa dimension internationale

Près de 1 200 exposants et 817 000 visiteurs enregistrés. Grande affluence aux pôles élevage et produits du terroir.

Le rideau est tombé sur la 10e édition du Salon international de l’agriculture du Maroc (SIAM) organisé du 28 avril au 3 mai sous le thème «L’agriculture et les systèmes alimentaires». A l’heure des comptes, le commissaire du salon Jawad Chami ne cache pas sa  satisfaction, qualifiant l’événement de «très réussi sur tous les plans». Aucun doute sur la fréquentation. En effet, en cinq  jours, pas moins de 817 000 visiteurs ont arpenté les allées  des neuf pôles du salon contre 850 000 pendant la dizaine de jours qu’a duré la précédente édition. Le cachet international du SIAM est aussi confirmé. Au moins 55 pays –européens, africains et asiatiques- ont été représentés à cet événement qui a attiré plus de 1200 exposants de toute la filière agro-industrielle. Le taux de fidélisation est estimé à 85%. Des producteurs aux transformateurs, en passant par les fournisseurs d’intrants ou de matériels, sans oublier bien sûr les prestataires de services.

Une vingtaine de conventions signées

Comme pour les années précédentes, les pôles «Elevage» et «Produits du terroir» n’ont pas désempli. Le premier, compte tenu de l’effet d’attraction que produisent bovins, ovins et chevaux sur les visiteurs, le second, pour la diversité de l’offre. Le commissaire se félicite également de la dynamique commerciale très intense que connaissent les pôles «Machinisme et fournitures». Le salon n’est pas seulement un espace commercial, c’est aussi un lieu de réflexion sur les grands sujets de l’heure. En particulier, les Pays-Bas ont organisé une conférence sur un sujet de taille, surtout dans un pays comme le Maroc : l’agriculture intelligente face au climat ou «Climate Smart Agriculture». Le Royaume a effectivement inscrit cette préoccupation dans sa politique ainsi que l’a rappelé le représentant de la FAO Michael Hage lors de son intervention, notamment par l’évocation du Programme national d’économie de l’eau d’irrigation qui prévoit la reconversion de 550 000 ha en irrigation localisée et du projet de mise en place à titre pilote au Maroc de MOSAICC (Modelling System for Agricultural Impact of Climate Change). Par ailleurs, une vingtaine de conventions a été signée entre différents organismes publics et privés et des partenariats scellés entre les sociétés du secteur privé.