Le secteur de la pêche requinqué par la stratégie Halieutis

La production halieutique a atteint 88% de l’objectif fixé par le Plan Halieutis pour 2020. Près de 94% des espèces débarquées le sont durablement. Le PIB du secteur a crû de 8% sur la période 2007-2015.

Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, ne cache pas sa satisfaction. «Depuis la mise en place de la stratégie Halieutis, de nombreuses étapes ont été franchies et les objectifs fixés sont en phase d’être atteints», s’est-il félicité, lors d’une conférence de presse organisée à la veille de l’ouverture de la 4e édition du Salon Halieutis qui se tient, du 15 au 19 février, à Agadir, sous le thème : «Le secteur halieutique : un enjeu de développement durable».

Lors de cette rencontre avec la presse, le ministre a également souligné que «cette stratégie a grandement contribué à la persévération des ressources halieutiques nationales et à garantir leur durabilité». Et de constater que «bien que, dans certains cas, ils aient été difficiles à mettre en place, les plans d’aménagement ont permis de sauver un certain nombre d’espèces de la disparition». Le cas le plus édifiant, selon le ministre, est celui du poulpe qui, à l’époque du lancement de la stratégie, était gravement menacé de disparition. Les plans d’aménagement mis en place visent «la préservation de la ressource halieutique, l’accroissement de la valeur ajoutée, la pérennisation de l’activité, la rentabilisation des investissements, ainsi que la promotion sociale».

En 2015, la pêche a réalisé la moitié des exportations de produits agroalimentaires

Lancée il y a environ sept ans, la stratégie Halieutis a rempli une grande partie de ses objectifs d’optimisation, de durabilité et de valorisation du secteur. C’est ainsi que près de 94% des espèces débarquées le sont durablement -grâce aux plans d’aménagement- et la plupart des indicateurs socio-économiques se rapprochent des objectifs fixés à l’horizon 2020. Au demeurant, le secteur de la pêche maritime a enregistré une croissance sensible, grâce notamment à la modernisation des infrastructures et aux investissements industriels. La production nationale est passée de 950 000 t en 2011, à 1,46 million de t en 2016, en hausse de 7% par rapport à 2015. Annuellement, elle a progressé de 4% en moyenne sur la période 2010-2016 et atteint aujourd’hui 88% de l’objectif fixé par Halieutis pour 2020 (1 660 000 t). En valeur, la production totalise 11,5 milliards de DH, en amélioration de 8% par rapport à 2015. Ce qui correspond à une croissance annuelle moyenne de 10% sur la période 2010-2016. Quant aux exportations, elles ont atteint 660 0000 t en 2015, soit 19,4 milliards de DH et représentent quasiment la moitié (48%) des exportations de produits agroalimentaires. Ces chiffres placent le Royaume au 1er rang des producteurs africains et au 25e rang à l’échelle mondiale. Les exportations représentaient 65% de l’objectif fixé par Halieutis pour 2020 (3,1 milliard de dollars).

En 2015, le secteur employait 12 900 personnes en mer et 89 000 à terre, soit 85% de l’objectif fixé par Halieutis pour 2020 (105 000 personnes). Enfin, le PIB du secteur (pêche, aquaculture et industrie) a atteint 15 milliards de DH en 2015, soit une croissance annuelle moyenne de 8% sur la période 2007-2015. Ce qui correspond à 82% de l’objectif fixé par Halieutis pour 2020 (18,3 milliards de DH).

Pour répondre présent au rendez-vous de 2020, aucun relâchement n’est permis, et le Salon international de la pêche, comme d’autres manifestations du genre, permet justement de maintenir la flamme. Organisé à l’initiative du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, Halieutis est dédié aux différents métiers de la pêche maritime, de l’aquaculture et de la valorisation des produits de la mer. Le nombre de pays participants est de 39. La France, quatrième client des produits halieutiques marocains, est l’invitée d’honneur de cette édition. En 2016, les exportations des produits de la pêche marocains sur ce marché ont atteint près de 980 MDH, en progression de 6% par rapport à 2015. Mais le Royaume entend aussi renforcer son partenariat avec différents pays pour faire de la pêche un des moteurs du développement économique et social.

Le Salon Halieutis s’étend sur une superficie de 16 000 m2. Des dizaines de milliers de visiteurs et plus de 255 exposants nationaux et internationaux, dont des opérateurs africains, y sont attendus. Le salon est organisé en six pôles: «Flotte et Engins de pêche» qui met un espace d’exposition à la disposition des chantiers navals et autres équipementiers de la pêche maritime ; «Valorisation et Process» dédié aux industries du conditionnement et de la valorisation des produits de la mer ; «International » où les entreprises et institutions étrangères du secteur halieutique exposeront savoir-faire, produits et services ; «Institutionnel» spécialement réservé aux institutions publiques et privées impliquées dans le secteur halieutique au Maroc, ainsi qu’aux sponsors du Salon Halieutis 2017 ; «Animation» qui est un espace pédagogique destiné au grand public et en particulier aux jeunes qui pourront découvrir l’univers de la pêche et de l’aquaculture ; «Formation» regroupant les Institutions spécialisées en la matière. Des experts nationaux et internationaux animeront, tout au long de l’événement, des débats et conférences. Des rencontres B to B entre les différents participants et des ateliers de travail sont également prévues.