Le secteur bancaire marocain atteint un niveau comparable à celui du secteur bancaire européen

Le secteur bancaire marocain atteint un niveau comparable à celui du secteur international, en particulier européen, a affirmé le secrétaire général de l’Union des Banques arabes (UBA), Wissam Fattouh.

Dans une déclaration, en marge du 20è congrès bancaire arabe organisé à Beyrouth (19-20 novembre) sous le thème « Une feuille de route pour l’inclusion financière 2015-2020 », avec une participation marocaine, M. Fattouh a souligné que le secteur bancaire marocain se caractérise par sa qualité professionnelle, sa stabilité, sa croissance et sa présence dans les pays arabes et ailleurs.

M. Fattouh a qualifié l’expérience marocaine en la matière de pilote , invitant les pays maghrébins, notamment la Tunisie et la Mauritanie, à en tirer profit.

Il a, dans ce sens, cité l’expérience de la BMCE Bank qui s’est ouverte à l’international, en particulier en France et en Afrique, et d’Attijariwafa Bank qui est présente dans différents pays arabes, notamment.

Pour sa part, le directeur général du Groupement professionnel des Banques du Maroc (GPBM), Abdelhadi Chaib Ainou, qui participait à une conférence sur « les défis de la mise en œuvre de l’inclusion financière », a mis l’accent sur les caractéristiques du secteur bancaire marocain, notamment les privilèges et l’intérêt particulier accordés aux femmes pour l’ouverture de comptes bancaires, outre les produits gratuits offerts à ses clients.

Il a expliqué que l’inclusion financière doit se manifester au niveau des agences bancaires et non pas au sein des sièges centraux des banques, appelant à la sensibilisation des employés des agences bancaires sur cette question.

Au cours de ce 20è congrès, initié par l’Union des Banques arabes, les participants débattent de plusieurs sujets se rapportant notamment à l’inclusion financière et son rôle dans le renforcement du développement économique, aux défis de la mise en œuvre de ce concept dans le monde arabe, au financement des petits projets et de microprojets, au contrôle des opérations de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, et aux dangers découlant de l’afflux massif des migrants.

Le programme de ce congrès prévoit aussi une table-ronde sur la coopération sino-arabe, dans le cadre des préparatifs de la rencontre du G20 en 2016 en Chine, ainsi qu’un atelier de travail élargi sur le rôle du financement islamique dans le renforcement du développement économique.

La séance inaugurale du congrès, présidée par le Premier ministre libanais Tammam Salam, a été marquée par la remise au gouverneur de la banque centrale du Koweït, Mohamed Youssef El Hashel, d’un prix décerné par l’Union des banques arabes.