Le Réveillon dope les ventes de parfum

Elles augmentent de 50 % en décembre n La contrebande continue d’accaparer 40% du marché.

Depuis deux ans, le parfum est un cadeau très prisé pour les fêtes de fin d’année. Les ventes augmentent de 50 % en décembre, par rapport au reste de l’année.
Selon Mounia Laraki, directrice marketing de Cosmética, importateur de parfums de luxe, entre autres Chanel, Hugo Boss et Nina Ricci, «décembre est une opportunité pour les parfumeurs car il permet de rattraper la baisse concédée durant le Ramadan». Chez Cinquième Sens, importateur et. distributeur d’Yves Saint-Laurent, Guerlain et Van Cleef, notamment, Amal Daoudi, représentant de marque, note que «le chiffre d’affaires de l’entreprise augmente de 100 %». Ibtissam Bennani, responsable marketing à Olka, importateur représentant exclusif des marques Dior, Givenchy, Rochas, Caron et Trussardi, confirme l’importance des cadeaux de fin d’année pour l’activité et précise que décembre permettra de sauver une année rendue difficile par la guerre en Irak et les attentats du 16 Mai. Bref, les distributeurs retrouvent le sourire.

Un parfum de contrebande est vendu 20 à 30% moins cher !
Chez les uns comme chez les autres, l’offre est principalement constituée de coffrets regroupant un parfum et une ligne de bain (gel ou lait corporel pour les femmes et after-shave ou gel douche pour les hommes), pour une facture moyenne variant entre 300 et 600 DH. Outre le prix, relativement bas pour des marques reconnues, le client bénéficie généralement d’un cadeau (sacs signés, trousses de soins ou échantillon), selon la valeur du produit acheté.
Mais, l’euphorie des fins d’année ne fait pas oublier l’impact de la contrebande. Malgré une maîtrise de la distribution (tous les importateurs travaillent avec des parfumeries agréées ou disposent de leurs propres boutiques), le réseau parallèle affecte l’activité. Dans les trois entreprises citées, on signale que la contrebande et les duty-free représentent 40 % du marché. «Nous sommes désavantagés car nous payons 50 % de droits de douane auxquels s’ajoutent les frais de transport et les autres charges», déplore Mounia Laraki. Ainsi, le manque à gagner dû aux importations illégales est si important que l’Oréal a dû abandonner le créneau parfumerie pour se positionner sur le cosmétique. Elle a cessé depuis deux années de représenter la marque Lancôme qui n’est aujourd’hui disponible que via le réseau de contrebande. Celui-ci est constitué, selon les professionnels, des petites parfumeries des quartiers populaires, de la Kissaria d’Alsace à Derb Omar et bien sûr de Derb Ghallef. Ces commerces affichent des prix de 20 à 30 % moins élevés. En l’absence d’une association professionnelle pouvant mener des actions communes, chaque importateur élabore avec sa maison mère une stratégie pour contrecarrer les importations illégales