Le plan de bataille du Centre monétique interbancaire pour 2015

Confronté à  la concurrence, l’opérateur veut accélérer son développement. Le recrutement de nouveaux commerçants et la poursuite du déploiement de nouveaux services font partie des priorités. La réorganisation interne se poursuit.

L’année 2014 s’est peut-être achevée sur une énième progression du nombre de cartes bancaires en circulation ou du nombre d’opérations réalisées par ces mêmes cartes, mais il n’empêche que beaucoup reste à faire pour élargir davantage l’accès aux services monétiques et dynamiser le secteur par de nouveaux services. C’est d’ailleurs dans cette optique que le Centre monétique interbancaire (CMI) prévoit, pour 2015, de redoubler d’efforts, notamment en matière d’action commerciale, mais également en développant de nouveaux projets. Dans un document interne que La Vie éco s’est procuré, le CMI met en tête de ses objectifs commerciaux le recrutement de nouveaux acceptants. Il s’agit en effet pour l’organisme de rattraper le léger retard enregistré en 2014 : l’année dernière, 6556 nouveaux contrats ont été établis, soit 563 de moins qu’en 2013. De plus, seulement 2 362 nouveaux points de vente actifs (+12,3%) ont rejoint le réseau des acceptants, portant ainsi le nombre total de ces derniers à 21 585 dans tout le Maroc, et ce, malgré l’effort de contractualisation engagé sur le terrain. Sur les 6 556 nouveaux contrats, 3 591 sont issus de la coopération engagée avec les établissements bancaires de la place et 2 965 ont été conclus grâce à la prospection directe du CMI. Le taux de concrétisation sur les pré-contrats issus de la synergie bancaire reste insuffisant. «La synergie avec les banques a été moins productive en 2014 avec 5 446 pré-contrats et un taux de concrétisation de 65,9%», précise le document. Pour 2015, le CMI se fixe donc comme objectif d’atteindre 25 000 points de vente actifs, soit 3415 points de vente de plus qu’en 2014. Pour cela, les commerciaux du CMI devront s’atteler à faire signer 8 500 nouveaux contrats et la synergie avec les banques devra être renforcée pour aboutir à 6 000 pré-contrats. La réactivation des points de vente inactifs ou la résiliation, et donc la récupération des TPE non utilisés, est également au programme.

Le paiement par carte dans les gares d’autoroutes en projet

Confronté à la concurrence encore toute récente d’autres opérateurs, le CMI va également se concentrer sur le développement accéléré de nouveaux services à valeur ajoutée pour ses clients et les porteurs de carte. Les équipes commerciales seront ainsi tout aussi mobilisées au déploiement du service Dynamic Currency Conversion (DCC) qui permet aux porteurs de cartes étrangères de régler leurs achats dans la devise de leur pays. A ce jour, 1 391 commerçants, dont 794 sont actifs, sont affiliés à ce service, qui a effectivement démarré début 2014. L’année dernière, 207 000 transactions ont été réalisées via ce service pour un montant total de 530,2 MDH, notamment dans les hôtels et bazars. Le service Etopup, qui permet la recharge téléphonique via les TPE et qui a déjà été déployé chez quelques commerces de proximité, fait également partie de ces projets à installer chez le plus de commerçants possible.

Avec son partenaire Pcard, éditeur-intégrateur marocain spécialisé dans les solutions monétiques bancaires et privatives, le CMI planche aussi sur deux projets importants de monétique intégrée pour 2015. Le premier concerne la mise en place du paiement par carte dans les gares de péage d’Autoroutes du Maroc. Les tests pilotes sont d’ores et déjà achevés et le déploiement de la solution dans les principales gares de péage se poursuit jusqu’au mois prochain. Le deuxième projet concerne l’installation pour le groupe Label’Vie d’un système d’encaissement intégré, avec à terme des services à valeur ajoutée tels que la recharge téléphonique, l’utilisation de cartes de fidélité ou de cartes cadeaux ou encore le paiement en plusieurs fois. Le groupe Marjane serait également intéressé.

En matière de projets, le CMI multiplie les partenariats. Un projet permettant la réception d’avis de déblocage de crédit sur mobiles et le déblocage des fonds sur la carte virtuelle CMI ou le retrait des fonds par cartes sur les distributeurs Société Générale a été initié dès l’année dernière avec Eqdom. Pour 2015, le centre s’est allié à Mastercard dans le cadre d’une stratégie globale de déploiement du sans-contact. La multinationale apportera ainsi 550000 dollars, soit 5,25 MDH, pour mettre à niveau et déployer 3 000 TPE contactless auprès de secteurs cibles tels que la grande distribution, les commerces de proximité et le transport.

En interne aussi, le CMI a plusieurs projets dans le tiroir. D’abord, une réorganisation des agences de représentation du centre sera menée dans l’optique de rationaliser les charges et d’améliorer la productivité des commerciaux. Après avoir racheté Maroc Telecommerce fin 2014, l’opérateur poursuit son intégration. Il a ainsi confié à un cabinet une étude sur l’opportunité de fusion entre les deux entités pour identifier la meilleure forme (fusion-absorption, fusion simple, apport en actif). Enfin, pour se différencier dans un secteur nouvellement concurrentiel, le CMI veut renouveler son image avec à la clé changement de nom et de logo.