Le plan Biladi pour le tourisme interne très en retard

Seules trois stations sur huit ont fait l’objet d’un appel d’offres
Les soumissions ne seront remises que le 14 décembre
Objectif : préparer une offre adaptée pour 7,2 millions de touristes nationaux en 2010.

C’est le 14 décembre courant que les candidats à l’aménagement des trois premières stations touristiques (El Jadida, Ifrane , Agadir) prévues dans le plan Biladi, dédié au tourisme interne, devront remettre leurs offres finales. Offres, il faut le rappeler, consécutives à l’appel international lancé le 4 juillet 2007 et qui doit constituer la première phase d’un grand plan destiné à combler le vide et la quasi-inexistence de structures d’accueil pour le tourisme interne. Le calendrier aboutira à la signature de conventions avec les aménageurs sélectionnés vers mars 2008.
Si tout se déroule comme prévu, il aura fallu près de 5 ans entre l’étude réalisée par le ministère du tourisme sur le voyage des Marocains et la signature des premières conventions. Ce qui reporte forcément l’échéance fixée à 2010 pour amener dans le giron du secteur formel une grande partie des touristes nationaux qui voyagent à travers le pays pour des motifs de vacances. Ils étaient en effet 5,9 millions à avoir voyagé en 2003 dont 1,6 million seulement ont été hébergés dans des établissements à caractère commercial et classés, les 4,3 millions restants étaient hébergés soit dans la famille, soit dans des logements informels.
L’objectif du plan Biladi est donc de porter le nombre de ces voyageurs à 7,2 millions en 2010. La chose en soi n’est pas impossible tant qu’il s’agit seulement du nombre car, depuis 2003, celui-ci a certainement évolué naturellement. Mais au rythme actuel d’exécution, il faudra bien s’interroger sur l’offre en produits touristiques adaptés à la demande nationale en termes d’hébergement et de coûts, à l’horizon 2010. En d’autres termes, arriverons-nous à créer les 30 000 lits supplémentaires prévus par le plan Biladi ou 42 000 lits tous programmes confondus, c’est-à-dire en incluant une partie des résidences dans le cadre du plan Azur et des nouvelles zones touristiques (7 000 lits) et la rénovation de chambres existantes (5 000 lits). Il faut savoir que les zones objet de l’appel d’offres sont localisées dans le grand Casablanca, à Marrakech, Tanger, Rabat et dans l’Oriental.

42 000 lits prévus en 2010
A moins d’un miracle, il semble difficile que ces lits bon marché soient disponibles dans les délais établis par l’étude qui a servi de base à ce programme.
Pour rappel, l’aménagement des 8 zones sélectionnées devait obéir à des critères précis dont un prix de vente final de 200 DH à 400 DH en résidence touristique pour une surface moyenne de 60 à 70 m2. Pour les résidences touristiques dites horizontales (villages de vacances) les prix devraient être compris entre 300 DH et 500 DH pour des logements entre 70 et 80 m2. Et, enfin, pour les campings, le prix visé est de 100 à 150 DH.
S’agissant du logement résidentiel, le prix de revient d’un appartement de 80 m2 devrait se situer entre 160 000 et 220 000 DH. Du logement économique en quelque sorte en guise de résidence secondaire