Le Parlement européen adopte l’accord de pêche avec le Maroc

Une nette majorité s’est dégagée : 310 eurodéputés ont voté pour et 204 contre. L’entrée en vigueur de cet accord aura des retombées positives sur la création d’emplois et de richesses au niveau du secteur de la pêche.

Le verdict est tombé. Le Parlement européen a voté, mardi 10 décembre, en plénière, l’accord de pêche et entériné les votes de ses trois commissions (Développement, Budgets et Pêche). Ce sont 310 eurodéputés qui ont voté pour le protocole de pêche contre 204 qui ont voté contre et 49 qui se sont abstenus. En clair, après l’avis positif du service juridique du PE, ce vote favorable confirme, encore une fois, que l’accord de pêche Maroc-Union européenne est conforme au droit international, et consacre

de facto la souveraineté du Maroc au Sahara marocain. «Ce vote de l’accord de pêche avec 310 voix pour confirme le partenariat entre le Maroc et l’Union Européenne», a déclaré, en substance Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération. Et d’ajouter que «l’adoption d’un accord de pêche gagnant/gagnant dans l’ensemble est un résultat extrêmement positif».

Le protocole répond aux préoccupations sur les plans économique, écologique et social

Du côté européen, Rupert Joy, ambassadeur de l’Union européenne à Rabat, a qualifié ce vote d’une bonne nouvelle qui symbolise la reprise d’un partenariat de plus de 25 ans sur le secteur stratégique de la pêche entre les deux parties. A son avis, ce nouveau protocole de pêche est avantageux pour les deux parties et répond de façon directe aux préoccupations exprimées par le PE sur les plans économique, écologique et social. «Les institutions européennes ont œuvré de concert pour faire aboutir ce processus de ratification du nouveau protocole. Je forme le vœu que le Parlement marocain puisse voter prochainement à son tour en faveur de sa ratification, pour permettre ainsi son entrée en vigueur», développe-t-il, avant d’ajouter que «sur cette base, les activités de pêche pourront rapidement reprendre après deux années d’interruption». Des retombées positives sur la création d’emplois et de richesses sont au demeurant attendues.
Pour rappel, ce nouveau protocole de pêche, dont la contrepartie financière totale annuelle est estimée à 40 millions d’euros, est conclu pour une durée de quatre ans. Il vise principalement à offrir des possibilités de pêche pour les navires de l’UE dans les eaux du Maroc dans les limites du reliquat disponible. Il a également pour objectif de renforcer la coopération entre Rabat et Bruxelles en vue de l’instauration d’un cadre de partenariat pour le développement d’une politique de pêche durable qui bénéficie aux deux parties.