Le parc industriel de Selouane séduit les investisseurs

Sur 600 postulants, 60 ont l’accord pour construire une usine ou ouvrir un showroom dans la zone commerciale. La commercialisation est effectuée par un guichet unique ouvert à  la commune de Selouane.

Le parc industriel de Selouane séduit les industriels. Selon des sources à la Chambre de commerce, d’industrie et de services de Nador (CCISN), quelque 600 entreprises ont déjà formulé leur demande de s’installer dans cette plateforme industrielle intégrée (P2I) dont la commercialisation a commencé le 6 mars.

«Sur ces entreprises, 60 ont l’accord pour la construction d’usines dans la zone industrielle ou l’acquisition de showroom dans la zone commerciale; 12 d’entre-elles ont signé les contrats d’achat de lots ou d’installation dans la zone commerciale», informe Aziz Mjahdi, responsable

communication et information à la CCISN, qui rappelle que les demandes rejetées sont celles qui ne cadraient pas avec le positionnement du parc en tant que zone destinée à accueillir les PME/PMI aux activités peu polluantes.

300 MDH pour aménager la première tranche

Du côté de MedZ, à l’origine du projet, on explique que l’un des atouts majeurs du site est qu’il est desservi par la route nationale n° 2 reliant Oujda et Nador et qu’il se trouve à proximité de la nouvelle zone urbaine de Selouane, les aéroports d’El Aroui et d’Oujda-Angad, les ports de Nador et de Mellilia, la gare ferroviaire de Nador et l’université de Nador.

Le parc industriel de Selouane est un projet généraliste intégré, avec un positionnement bien étudié : son offre étant articulée autour d’une zone industrielle, une zone showroom, une pépinière de PME-PMI, des services de support ainsi que des espaces dédiés à la formation et à la recherche & développement.

Le projet, qui escompte induire des investissements de 4 milliards de DH, selon MedZ, se situe dans la commune rurale de Selouane, à 12 km de la province de Nador et s’étend sur une superficie globale de 72 ha dont 50 pour la première tranche qui a nécessité un investissement de 300 MDH.

L’aménagement, la commercialisation et la gestion du parc sont confiés à la Société d’aménagement du parc de Selouane (SAPS) détenue par MEDZ à hauteur de 68% et par la CCISN à hauteur de 32%. Selon les responsables, il n’existe pas encore de date précise pour le commencement des travaux de la deuxième tranche qui devra s’étendre sur 22 ha.

En attendant la construction du bureau de vente, la commercialisation de tout le projet est effectuée au niveau d’un guichet unique ouvert à la commune de Selouane.