Le Maroc profite du printemps arabe et améliore sa position commerciale avec la Tunisie et l’Egypte

Les exportations vers les deux pays à  fin février 2011 ont doublé par rapport à  la même période de 2010. Le déficit commercial avec la Tunisie et l’Egypte est passé, sur la même période, de 552 à  259 MDH. 200 MDH de fioul lourd exportés vers l’Egypte, un record !

Les affaires continuent en dépit des révolutions et des guerres. C’est ce qui ressort de l’évolution des échanges commerciaux du Maroc avec les pays de la sous-région, en l’occurrence l’Egypte, la Tunisie et la Libye. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, les échanges commerciaux avec ces trois pays se sont bien comportés. Durant les deux premiers mois, ils sont passés de 1,09 milliard de DH à 1,25 milliard de DH, d’après les statistiques de l’Office des changes. Mieux encore, le Maroc a nettement amélioré sa balance commerciale avec ses partenaires. Son déficit a été de 293 MDH à fin février 2011 alors qu’il s’élevait à 552,5 MDH à la même période de l’année dernière. Cela fait donc un gain de plus de 259 MDH.
C’est surtout avec la Tunisie et l’Egypte où la crise était à son paroxysme durant cette période que le Royaume a tiré davantage profit de ses échanges commerciaux. Le pays des Pharaons qui creusait ces dernières années les écarts en sa faveur a vu ainsi ses exportations tomber à 448,8 MDH au cours des deux premiers de 2011 contre 498 MDH pour la même période en 2010. En parallèle, les exportations marocaines vers ce pays ont progressé de 91%, passant de 125,9 MDH à 240,5 MDH. Du coup, notre déficit commercial s’est établi à 208,3 MDH contre 372 MDH à fin février 2010.

Moins de papier et d’aluminium acheté à l’Egypte

Ce sont les ventes égyptiennes de papiers et ouvrages en papier vers le marché marocain qui ont été le plus affectées par cette conjoncture: de 71,8 MDH, elles sont ramenées à 57,6 MDH. Idem pour les barres, tôles, feuilles et tubes en aluminium qui ont baissé de 40,2 MDH à 29,8 MDH. Nos achats en produits de parfumerie et de céramique ont également diminué ; ils ont totalisé respectivement 4,8 MDH contre 15,3 MDH et 5,9 MDH contre 11,9 MDH.
Par contre, certaines exportations de produits égyptiens ont progressé malgré le climat de tension que traversait ce pays. C’est le cas des ventes au Maroc des fils, barres, palplanches, profilés en fer et acier qui ont porté sur une valeur de 35,5 MDH contre seulement 11,4 MDH à fin février 2010. La même performance a été enregistrée dans ces circonstances exceptionnelles par le secteur des graines et produits oléagineux qui a exporté vers notre pays quelque 24,6 MDH contre 5,8 MDH.
De leur côté, les exportations marocaines vers l’Egypte ont nettement progressé, mais cette performance reste mitigée. Et pour cause, on a vendu aux Egyptiens du fuel oil lourd pour une somme totale de près de 200 MDH, soit 83% de toutes les exportations réalisées en ces deux mois. L’on sait que l’Egypte est un producteur de produits pétroliers et elle détient une industrie de raffinage très développée. Et jamais le Maroc n’a exporté vers l’Egypte ce produit. Le recours à du fioul marocain a été justifié par les perturbations qu’ont connues les installations de raffinage du pays durant le soulèvement du peuple contre le régime.

Les exportations vers la Tunisie en hausse de 87% !

Pour autant, on ne peut pas en déduire forcément une amélioration durable de la performance de nos exportations. La preuve, les produits traditionnellement exportés en Egypte ont connu, eux, une baisse notable. C’est le cas, par exemple, des voitures de tourisme dont les exportations à fin février 2011 ont totalisé 15,7 MDH à peine au moment où elles atteignaient 82,2 millions à la même période de l’année dernière. Quant aux professionnels marocains de pâte à papier et des voitures industrielles, ils n’ont rien vendu alors qu’ils avaient réalisé, durant les deux premiers mois de l’année dernière, respectivement 6,1 et 4,2 MDH. Mais cela reste également relatif en raison des difficultés que traversait le marché égyptien.
Pour ce qui est de la Tunisie, l’effet de la crise qu’a connue ce pays est nettement perceptible. Le Maroc a vraiment amélioré ses exportations qui ont totalisé 177 MDH, à fin février 2011, contre 94,7 MDH, soit une hausse de 87%. Au même moment, ses importations en provenance de ce pays ont fléchi de 6,3%, à 237,7 MDH. Le déficit commercial a été réduit de près de 100 MDH, passant de 159 à 60,7 millions. La performance des exportations marocaines est due essentiellement aux ventes de fils et câbles pour l’électricité (73,7 MDH contre 8,5 MDH). Les expéditions de sulfate de baryum et de médicaments ont totalisé respectivement 9,4 et 7,3 MDH. Quant à nos importations en Tunisie, elles sont constituées essentiellement des huiles végétales brutes et des dattes qui ont atteint une valeur respectivement de 47,3 (contre 39,7 MDH) et 44,3 MDH (contre 58 MDH).