Le Maroc participe pour la première fois au deuxième plus grand salon du monde de l’aéronautique

Une centaine d’entreprises marocaines étaient présentes au Farnborough International Airshow, en Angleterre.
Les industriels locaux se disent plus compétitifs que le Mexique et les pays de l’Europe de l’Est.

Le Maroc a participé pour la première fois au Farnborough International Airshow (FIA), deuxième plus grand salon de l’aéronautique après le Bourget, qui s’est tenu du 19 au 25 juillet, à quelques kilomètres au sud de Londres. Tout un symbole.
Pour l’Agence Marocaine de développement des investissements (AMDI), fer de lance de cette délégation marocaine, tout comme pour le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas), il s’agit en effet de convaincre la clientèle anglo-saxonne, et notamment les Etats-Unis et le Canada, d’investir dans le pays. L’industrie aéronautique marocaine avait donc tout à jouer à l’occasion de ce salon qui a réuni 1 000 exposants venant de 38 pays. Selon Hind Bounhar, la directrice du département communication, l’AMDI prépare cet évènement depuis 6 mois. Près de 300 entreprises ont été contactées et une centaine ont répondu à l’appel.
Une trentaine de rendez-vous B to B ont été organisés. Le ministre du commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies, Ahmed Chami, a également fait le déplacement pour animer une conférence intitulée «Aerospace in Morocco : opportunities of investment». Le Maroc mise sur son Pacte pour l’émergence industrielle, notamment sur les incitations prévues pour le futur parc intégré de Nouaceur, et l’Institut des métiers de l’aéronautique qui sera inauguré avant la fin de l’année. Les liens avec l’Europe sont aussi mis en évidence.

Deux marchés pris à l’Europe de l’Est en 2010

«Notre stratégie est simple. Nous voulons montrer que l’offre Maroc est de qualité en prolongement de celle existante en Europe», explique Hamid Ben Brahim El Andaloussi, président du Gimas. Pour lui, «les pays de l’Est de l’Europe et le Mexique sont moins compétitifs qu’avant». Pour preuve, deux marchés ont été pris à l’Europe de l’Est, il y a deux mois.
«Nous avons des entreprises qui ont atteint un niveau élevé. Avec la reprise actuelle, les carnets de commandes sont pleins et nous sommes prêts à répondre à la demande», souligne-t-il.
Un avis partagé par Jacques Rocca, directeur des relations publiques d’Airbus, qui affirme que «la filière aéronautique devient extrêmement efficace au Maroc». Néanmoins, Fouad Attar, vice-président commercial d’Aribus Moyen-Orient, tient à relativiser cette capacité. «Le Maroc a bien évolué, notamment au niveau de l’ingénierie. Toutefois, il ne peut pas encore prétendre répondre à un appel d’offres de mécanisme complet pour le moment».