Le Maroc participe pour la première fois à  la Conférence des Nations Unies sur l’habitat

Le ministère de l’habitat prépare un rapport sur la politique du logement qui sera présenté lors de la conférence prévue en 2016. Représentants de départements ministériels, société civile, secteur privé, bailleurs de fonds… Plusieurs intervenants appelés à  participer.

Le ministère de l’habitat regarde dans le rétroviseur. Il prépare actuellement un rapport qui fait le bilan de toute la politique en matière d’habitat et d’urbanisme sur les dernières années. Le document sera présenté lors d’une conférence internationale des Nations Unies sur l’habitat et le développement urbain durable, UN-Habitat III, prévue en 2016. C’est la première fois que le Maroc est invité, entre autres pays, à participer à cette manifestation d’ampleur qui s’est tenue tout juste à trois reprises depuis 1976 et dont la particularité est d’impliquer un grand nombre d’intervenants de différents horizons tels que les gouvernements, les autorités locales, la société civile, le secteur privé ou encore les institutions académiques dans l’examen des politiques en matière d’urbanisme et d’habitat en vue de les repenser et les adapter aux plus grands changements de l’époque.

Ce principe de vaste concertation doit se retrouver dans le processus même de réalisation des rapports des pays participant à la manifestation, dont le document concernant le Maroc. C’est ainsi que dans une démarche inédite, le département de Nabil Benabdellah a tenu, le 4 juin, un premier atelier pour impliquer plusieurs intervenants dans la réalisation du rapport national. Dans la foulée, un comité national faisant collaborer des représentants de départements ministériels, la société civile, le secteur privé, les bailleurs de fonds… est constitué.

Le contenu du rapport sera très riche

Les parties prenantes doivent mettre les bouchées doubles pour faire aboutir leurs travaux, sachant que le rapport national doit être soumis aux Nations Unies avant le 30 juin courant. Avant d’y arriver, le ministère de l’habitat prévoit une phase de discussion et de validation du projet de rapport élaboré par les départements ministériels et les différents partenaires impliqués lors d’une réunion du comité national organisée à cette fin. Quant à son contenu, le rapport en cours de préparation ratisse très large et englobe de nombreux aspects dont il s’agira de faire une rétrospective en collectant et analysant des indicateurs remontant à 20 ans. En bout de course, l’idée est d’arrêter des priorités et des problèmes à traiter à l’avenir via les politiques et stratégies nationales. Un premier champ abordé dans le rapport concerne les problématiques démographiques urbaines, englobant la gestion de l’urbanisation rapide, le lien entre milieux urbain et rural et la satisfaction des besoins de populations spécifiques (jeunes, personnes âgées…) au sein des villes. Un deuxième champ du rapport concerne la planification territoriale et urbaine, ce qui touche la planification urbaine durable, la gestion du foncier urbain, notamment dans le cadre de l’étalement urbain, la mobilité urbaine ou encore les capacités techniques pour planifier et gérer les villes. Un troisième volet concerne l’environnement et l’urbanisation, ce qui englobe les réponses apportées au changement climatique ou encore la réduction des risques de désastre, des congestions de trafic et de la pollution de l’air. Un autre champ porte sur la gouvernance urbaine et la réglementation. L’idée dans ce volet est de récapituler l’ensemble des mesures déployées en vue d’améliorer la réglementation urbaine, renforcer le pouvoir des autorités locales ou encore pour améliorer la sécurité en milieu urbain, l’équité et l’inclusion sociale. Le rapport devrait aussi s’attarder sur l’économie urbaine en récapitulant les efforts pour améliorer les finances locales, renforcer et faciliter l’accès au crédit immobilier, encourager le développement économique local et enfin intégrer l’économie urbaine dans la politique de développement national. Un ultime volet traité dans le rapport touche l’habitat et les services basiques. Sur ce volet, il est notamment question d’aborder les mesures mises en place pour prévenir et traiter la problématique des bidonvilles, améliorer l’accès à un habitat salubre et assurer un accès durable aux réseaux d’assainissement, électrique, de transport…