Le Maroc officiel compte moins de 30 millions d’habitants !

Entre 1994 et 2004, la population qui s’est accrue de 3,8 millions de
personnes a augmenté de 14,6 %
Le Grand Casablanca, Souss-Massa-Draa
et Marrakech-Tensift-Al Haouz concentrent le tiers de la population.

C’est officiel, le Maroc compte aujourd’hui près de 30 millions d’habitants. 29 891 708 habitants, exactement, dont – étonnamment – seulement 51 435 étrangers. Les chiffres ont pu être obtenus suite au recensement général de la population et de l’habitat réalisé par le haut commissariat au Plan (HCP) entre les 2 et 20 septembre 2004. En 1994, date du dernier recensement, la population du Maroc était de 26 073 724. Entre ces deux dates, celle-ci s’est donc accrue de 3 817 894 personnes, soit une progression de 14,6 %. Il en résulte, indique le HCP, que le taux d’accroissement démographique annuel moyen sur cette dernière décade a été de 1,4 %, contre 2,1 % entre 1982 et 1994. «Ce rythme d’évolution est un peu plus long par rapport à la Tunisie où ce taux, sur la même période, est passé de 2,5 % à 1,2 %», observe Ahmed Lahlimi, haut commissaire au Plan.
Quoi qu’il en soit, cette baisse d’un tiers du rythme d’accroissement de la population illustre, on ne peut mieux, l’évolution de la société marocaine en termes d’accès aux moyens modernes de contraception, de recul de l’âge du mariage, conséquence du développement de la scolarisation et de l’urbanisation du pays, notamment.

Rupture avec le régime démographique traditionnel
Avec une fécondité de l’ordre de 3 enfants par femme et une espérance de vie à la naissance qui frôle les 70 ans, le Maroc est bien en rupture avec le régime démographique traditionnel, caractérisé par des niveaux élevés de mortalité et de natalité. Evidemment, cela ne va pas sans poser de nouveaux défis comme, par exemple, la nécessité de revoir complètement les régimes de retraite afin de tenir compte de l’allongement de l’espérance de vie, étant entendu que les plus de 60 ans, qui seront de plus en plus nombreux, sont appelés à vivre longtemps après leur départ en retraite.
Sur le plan de la répartition spatiale des habitants, les résultats du recensement confirment ce que tout le monde sait, à savoir une concentration de la population dans un nombre réduit de régions et de provinces et préfectures. Cette donne interpelle sur la nécessité d’un rééquilibrage géographique, sachant que les populations ont tendance à investir les endroits où les opportunités d’emploi et d’épanouissement sont les plus importantes. Il est significatif à cet égard que près d’un tiers de la population recensée habite dans trois régions : le Grand Casablanca avec 3,6 millions de personnes (soit 12,1 % du total), le Souss-Massa-Draa et Marrakech-Tensift-Al Haouz avec 3,1 millions chacune.

A Tiznit, la population est en déclin
Par provinces et par préfectures, c’est sans surprise Casablanca qui vient en tête avec 2 950 000 habitants, suivie par trois provinces dont la population dépasse le million: Kénitra, El Jadida et Marrakech. C’est le fameux axe Kénitra-Jorf Lasfer où se déploie l’essentiel de l’activité économique du pays. Et pendant que ces régions et provinces voient leur population croître à un rythme qui correspond à peu près à la moyenne nationale (1,5 % dans le Grand Casablanca, 1,7 % dans le Sous-Massa-Draa et 1,3 % à Marrakech-Tensift-Al Haouz), à Jerrada et Tiznit, par exemple, la population décline carrément. Dans la province d’Aousserd, pour citer un cas extrême, on ne compte guère plus que 20 513 personnes.
Au total, ce recensement, dont le résultat a surpris ceux qui, depuis quelques années déjà, croyaient la population marocaine largement supérieure à 30 millions (idem pour Casablanca, dont on était sûr qu’elle abritait quelque 4 à 5 millions d’habitants), donne des indications très intéressantes de nature à éclairer les décideurs sur les décisions à prendre en matière de développement socio-économique du pays. Mais, en dehors du nombre d’habitants, de leur répartition géographique et du rythme de progression de la population, ces données socio-économiques ne seront disponibles que vers la fin de l’année 2005.

12% des Marocains vivent dans le grand Casablanca. Kénitra, El Jadida et Marrakech sont les provinces où le nombre d’habitants dépasse le million.

Les résultats du recensement ont surpris ceux qui pensaient que le Maroc dépassait largement les 30 millions d’habitants et Casa 4 à 5 millions.