Le Maroc maintient le «Haj» pour 2009 : premiers départs le 31 octobre

Une meilleure coordination entre voyagistes et autorité pour offrir un pèlerinage semblable pour tous.

Un site internet pour permettre aux familles de pèlerins d’être informées sur la position de leurs proches.

Alors que les informations en provenance de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) faisaient état début octobre de 340 000 cas confirmés de personnes ayant contracté le virus de la grippe A/H1N1, depuis son apparition en avril dernier, et d’au moins 4 100 décès (soit un taux de létalité de 1,2%), poussant certains pays comme la Tunisie à annuler l’opération du pèlerinage, le Maroc, lui, maintient les premiers départs pour les Lieux saints et les premiers pèlerins devraient s’envoler en direction de l’Arabie Saoudite à partir du 31 octobre. Le quota attribué au Maroc demeurera inchangé : 30 000 personnes, tirées au sort, pourront donc effectuer cette année le rituel du Haj. La rumeur qui s’était propagée ces derniers jours et qui voulait que le Maroc se voit attribuer un complément de places à la suite du désistement de la Tunisie et de celui probable de l’Iran n’a aucun fondement, selon les autorités.
Cette année, les voyagistes et le ministère des affaires islamiques ont décidé de mieux accorder leurs violons pour que l’opération puisse se dérouler dans les meilleures conditions. Ainsi, sur le volet de l’accompagnement religieux, il a été décidé d’assister les pèlerins de manière uniforme au niveau du discours et des rituels du Haj pour mettre fin à la cacophonie qui régnait chez les agences de voyages. Cette tâche reviendra aux accompagnateurs agréés par le ministère des habbous et des affaires islamiques. Pour le président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM), Lahbib El Eulj, «il est temps que chacun fasse ce qu’il sait faire le mieux, et selon ses compétences». L’idée de confier l’organisation logistique de toute l’opération aux agences de voyages et de laisser au ministère le seul encadrement religieux n’est pas pour demain, mais on va y arriver, estime le président de la FNAVM. Il comprend tout à fait que ce sont les dérapages qui se produisent régulièrement qui ont poussé le gouvernement à se montrer très réservé sur ce mode d’organisation. Mais ce qui l’encourage à y croire, c’est que les autorités saoudiennes elles-mêmes sont en train de s’organiser pour pouvoir recevoir à partir de 2012 beaucoup plus de pèlerins qu’ils n’en reçoivent actuellement. On parle de 12 millions de pèlerins au lieu de 3 millions aujourd’hui. Cela se traduirait forcément par l’augmentation du quota de chaque pays et, donc pour le Maroc, de la quote-part des agences qui, forcément, prendront une place prépondérante dans l’organisation.
Pour le moment, la fédération pense qu’il est temps de revoir les critères de sélection des agences candidates à l’organisation du pèlerinage et de les inciter de la sorte à se mettre à niveau. On pourrait  conditionner, et ce n’est qu’un exemple, l’organisation du Haj par les agences de voyages à leur niveau de chiffre d’affaires à l’export, ce qui obligerait ces dernières à faire des efforts de développement. Car le fait est là, la majorité des agences de voyages considèrent le Haj (et la Omra) comme une rente annuelle octroyée par le gouvernement sans contrepartie.

2 000 personnes bénéficieront de visa hors quota
En attendant, les voyagistes devront se contenter cette année d’un quota de 4 595 pèlerins, répartis sur 101 agences avec un petit cadeau de dernière minute. En effet, les visas de courtoisie (moujamala), accordés par les autorités saoudiennes et qui échappaient complètement à tout contrôle vont être intégrés au quota des agences. Une circulaire de l’Office des changes destinée à encadrer l’octroi des devises à cette catégorie de pèlerins, de l’ordre de 2 000 cette année, sera publiée incessamment.
Par ailleurs, une attention  particulière sera accordée au carnet de santé du pèlerin en raison de l’épidémie de grippe A/H1N1 qui sévit dans le monde. Une journée de sensibilisation à l’intention des agences a ainsi été organisée par le ministère de la santé le 25 septembre dernier. Les autorités marocaines auraient en outre demandé à leurs homologues saoudiennes d’être plus regardantes sur la nourriture servie aux pèlerins.
Pour montrer sa volonté de rendre l’opération plus transparente, la FNAVM permettra aux familles des pèlerins d’être informées via un site internet (www.fédérationhaj2009.com) sur la position de leurs proches. Elles peuvent ainsi disposer d’informations rafraîchies (hôtels avec numéros de téléphone, cas de maladie ou autre, etc.). Enfin, pour s’assurer de la qualité du service des agences, une commission formée des professionnels et des représentants des ministères des habbous et du tourisme devra faire le déplacement pour s’enquérir de l’état des lieux.