Le Maroc et le Portugal décidés à  donner de la vigueur à  leurs relations économiques

Une délégation de chefs d’entreprises portugais menée par le vice-premier ministre a pris part à  la rencontre économique Maroc-Portugal à  Casablanca.

Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, poursuit l’opération séduction auprès des investisseurs étrangers. Jeudi 19 mars, il a pris part à une rencontre économique de haut niveau à Casablanca aux côtés d’une importante délégation de chefs d’entreprises portugais représentant divers secteurs, notamment la distribution, le transport, l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, les IMME, la plasturgie et l’informatique. Ce rendez-vous piloté par l’Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) portait sur la promotion et l’exploration des opportunités d’affaires entre les deux pays. «L’objectif est de développer un partenariat gagnant-gagnant appelé non seulement à consolider les relations économiques bilatérales, mais aussi à renforcer notre positionnement sur les marchés tiers», a souligné M. Elalamy, qui a salué au passage la relance de la croissance au Portugal.

Le niveau des échanges commerciaux bilatéraux n’est pas au diapason des aspirations communes. En effet, le Portugal est le 13e client du Maroc avec 2,5 milliards de DH et son 13e fournisseur avec 8,9 milliards. Du côté des IDE, la présence des opérateurs lusophones est encore plus timide. Le Portugal est le 28e investisseur avec un flux qui dépasse 60 MDH à peine. Le ministre a ainsi invité les investisseurs portugais à considérer le Maroc comme un relais de croissance porteur et un partenaire pour la reconquête de la compétitivité internationale et la ré-industrialisation du Portugal. Il a, à ce titre, mis en avant les opportunités que recèle le Maroc, notamment avec la dynamique de structuration des branches industrielles autour des écosystèmes. De plus, le Maroc, fort de ses relations avec l’Union européenne et des perspectives d’amélioration de l’accès aux marchés dont augure l’Aleca (en cours de négociation), peut être un trait d’union entre le Portugal et l’Afrique. De son côté, Paulo Portas, vice-premier ministre portugais, a confirmé l’intérêt manifesté par les entrepreneurs portugais pour développer des projets au Royaume, entre autres dans le secteur industriel. Notons que cette dynamique est déjà enclenchée. Fametal, société spécialisée dans la construction métallique, prévoit d’investir, en partenariat avec un groupe qatari, 55 MDH dans une usine au Maroc.