Le Maroc aura enfin un système de mesure de l’audience télévisée

Il devrait être opérationnel en mars 2006
Un appel d’offres a été lancé.

En chantier depuis plusieurs années, le système de mesure de l’audience télévisée est en passe de se concrétiser. Les parties concernées – agences de publicité, régies publicitaires, annonceurs et chaînes de télévision… – doivent se réunir ce vendredi 3 juin, au ministère de la Communication, pour décider de l’annonce officielle du projet. Cette réunion se tient juste après le lancement de l’appel d’offres international relatif au choix du bureau d’études qui mettra en place le système de médiamétrie.
Peu de détails ont filtré mais on sait que plusieurs bureaux d’études ont déjà soumissionné, des entités spécialisées qui seront amenées à s’associer à des partenaires marocains. Connaissant le terrain (télévision et marché publicitaire), ces derniers s’appliqueront à donner toutes les informations nécessaires au bureau retenu qui, pour sa part, apportera les moyens matériels, notamment logiciel et méthode de traitement. Le budget affecté au projet est de 20 MDH. Le système devrait être mis en place d’ici mars 2006 si le calendrier de travail est respecté.

45% des investissements publicitaires vont à la télé
Dans le milieu publicitaire, on estime que la concrétisation du projet sera une grande avancée. «La mesure de l’audience est un outil indispensable car elle permet aux annonceurs d’effectuer un investissement publicitaire basé sur une maîtrise des facteurs déterminants comme le taux d’audience, les téléspectateurs cibles et le positionnement des chaînes de télévision», explique un publicitaire. Les mesures effectuées actuellement, et qui sont basées essentiellement sur le carnet d’écoute, sont jugées «insuffisantes et peu fiables». Du coup, on invite «toutes les parties concernées à s’impliquer car, pour le marché, qui connaît une importante évolution actuellement, l’audimat est déterminant». En effet, le marché publicitaire a enregistré une hausse de
25 % en 2004 par rapport à l’année précédente, à 2 milliards de MDH. Tous les supports ont été concernés par cette évolution, mais on notera que la télévision a enregistré la plus forte hausse, avec 35%, tandis que la presse écrite et l’affichage enregistraient une progression inférieure à 10 %. Le support télévisuel dispose donc, malgré l’effritement de l’audience au profit des chaînes satellitaires, d’un très fort impact. Les annonceurs en sont conscients. Preuve en est que la télévision représente aujourd’hui 45 % du marché publicitaire.