Le Maroc agricole revisité

L’agriculture marocaine est l’activité humaine qui reste encore dépendante des caprices climatiques.

L’agriculture marocaine est l’activité humaine qui reste encore dépendante des caprices climatiques. Sans compter que près de la moitié des terres du Royaume sont désertiques et que seulement 13% de la moitié restante est considérée comme surface agricole utile. Ce constat et beaucoup d’autres relatifs au secteur de l’agriculture viennent d’être réunis dans un seul et même livre, paru aux éditions Hammouch, Le Maroc agricole.

Plus de 140 pages consacrées à ce secteur de l’économie qui participe à hauteur de 15% dans la formation du PIB national (2009). Réparti en 7 chapitres (dont un réservé au secteur de la pêche), l’ouvrage présente l’examen de la situation actuelle du secteur étayé par des chiffres et des statistiques couvrant toutes les régions du Maroc. On apprend par exemple que la région du Souss est celle qui contribue le plus à la valeur ajoutée agricole avec près de 5,3 milliards de DH par an. L’ouvrage fournit également un aperçu des problèmes qu’il rencontre et de ses perspectives de développement à travers une analyse qualitative de la dimension historique, dont notamment la période coloniale. En plus, annexée à la fin de l’ouvrage, une planche statistique du Maroc agricole en chiffres et des tableaux sur l’ensemble de la production agricole selon les produits. Le but de cet ouvrage est, selon son éditeur Chakib Hammouch, de «contribuer à mieux comprendre les éléments d’édification et de convergence de l’expérience marocaine en matière de développement agricole».