Le marché des PC en chute de 24,5% au premier semestre

Les importations d’ordinateurs portables chutent de 39,5%. Celles des ordinateurs de bureau progressent de 20%. La demande se déplace vers les Smartphones et les tablettes.

Le cabinet d’études IDC vient de révéler son dernier rapport trimestriel sur le secteur IT pour la région Afrique du Nord. A la lecture de sa synthèse, on constate rapidement la morosité du secteur au Maroc. Avec 72 274 unités importées à fin juin 2014, le marché des PC, comprenant aussi bien les ordinateurs de bureau que les ordinateurs portables, affiche de nouveau un net déclin par rapport à la même période de l’année dernière. Cette fois-ci, le secteur a accusé une baisse de 24,5% sur une année glissante. Il s’agit en l’occurrence du 3e trimestre consécutif au cours duquel le secteur a enregistré une baisse. «La demande de PC au Maroc continue d’être impactée par un shift (ndlr, report) de consommation vers les tablettes et Smartphones», explique le cabinet IDC. «Cette situation a poussé les constructeurs à plus d’agressivité en termes de prix mais aussi à l’introduction sur le marché de nouvelles machines plus innovantes et plus adaptées aux nouveaux besoins des clients tels que les all-in-one pour les PC de bureau, les ultraslim notebooks ou encore les convertible notebooks pour les PC portables», poursuit la synthèse. Cette baisse est majoritairement imputable au recul des importations d’ordinateurs portables. Celles-ci ont en effet chuté de 39,5% à fin juin pour atteindre 43 344 unités importées au Maroc. Les laptops pèsent près de 60% des importations alors qu’ils représentaient 75% à fin juin 2013. «Dominé par le segment du grand public, le PC portable est celui qui est le plus impacté par la demande croissante en tablettes et Smartphones ainsi qu’une conjoncture actuelle difficile pour les dépenses des ménages au Maroc», explique IDC.
Le jet d’encre n’a plus la cote
Les importations d’ordinateurs de bureau ont quant à elles progressé de 20,2%, avec 28 930 unités. «Le shift vers la mobilité est de plus en plus visible sur notre marché. Ceci dit le PC de bureau a encore une place auprès des administrations publiques et du segment entreprises», conclut à ce sujet le cabinet.
Le secteur de l’impression n’est pas en reste puisqu’il a enregistré une régression en volume de 11,2% au cours du 2e trimestre de cette année, par rapport à la même période de l’année dernière. Au total, 40 603 unités ont été expédiées vers le marché marocain, qui représente par ailleurs 45% du marché maghrébin. A la faveur d’un changement de comportement, notamment des entreprises qui se tournent de plus en plus vers le laser, plus performant et avec un moindre coût par page, le marché du jet d’encre a perdu 23,8% à fin juin 2014.