Le marché des imprimantes en chute libre : des ventes en baisse de 30% en 2011

Les inondations en Thaïlande ont freiné la production de composants d’imprimantes. 160 000 imprimantes ont été écoulées en 2011 contre 230 000 en 2010. HP reste leader sur le marché avec 60% des parts, suivi par Canon.

Le marché de l’informatique démarre l’année difficilement après une chute libre enregistrée en 2011 au niveau de certains produits, notamment les imprimantes. En effet, d’après les chiffres communiqués par Diffazur, distributeur de consommable et de matériel informatique, ce segment a accusé une baisse de 30% en volume avec près de 160 000 imprimantes écoulées l’année dernière, contre 230 000 en 2010.

Une offre réduite et une demande en baisse freinent l’activité

La régression est constatée également en valeur avec un chiffre d’affaires qui est passé de 764 MDH en 2010 à 552 millions en 2011. Cette contre-performance ne concerne que les machines à jet d’encre puisque les lasers affichent une relative progression. Même état des lieux pour le consommable qui affiche un chiffre d’affaires de 450 MDH en 2011 alors qu’il était de l’ordre de 550 millions l’année précédente.
Plusieurs facteurs expliquent la baisse du niveau d’activité, dont principalement un blocage total de production survenu en Thaïlande. Véritable fabrique de matériel informatique, notamment les disques durs et les composants d’imprimantes, le pays a essuyé de grosses inondations qui ont touché les usines des constructeurs.
La production s’est donc arrêtée, entraînant avec elle les prix à la hausse quand ce n’est pas une pénurie pure et simple, étant donné que les stocks restants étaient destinés prioritairement aux marchés américain et européen. Pourtant les contraintes ne viennent pas uniquement de l’offre. «La demande, elle aussi, n’est pas au beau fixe suite au contexte politique et économique marocain. Avec la contrefaçon qui touche de plus en plus le secteur et la baisse du pouvoir d’achat, certains clients se tournent vers le marché informel», explique Fouad El Jamali, PDG du groupe Diffazur. Sans oublier l’impact du retard des acquisitions publiques qui commence à peser lourd sur les performances du premier trimestre 2012. En effet, l’Etat, premier client en matériel informatique et consommable, n’a toujours pas validé ses budgets de fonctionnement, le projet de Loi de finances étant toujours en discussion au Parlement.
Dans ce contexte difficile, la moyenne des prix des imprimantes est orientée à la baisse. Elle est située entre 300 et 400 DH pour une jet d’encre classique, 600 à 800 DH pour une laser et entre 1 000 et 1 400 DH pour une multifonction. Car, malgré des coûts de revient plus élevés cette année, les constructeurs optent pour une baisse de prix sur les machines -concurrence oblige- avec une récupération sur le consommable qui a vu ses prix décoller, dépassant même celui d’une imprimante.

La baisse des prix des imprimantes compensée par la hausse de celui du consommable

Cette hausse se confirme dans un contexte où la contrefaçon et le remplissage des cartouches d’encre a tendance à gagner plus de terrain. La réaction des constructeurs face à cette nouvelle donne ne s’est pas faite attendre afin de conserver leur place sur le marché.
Déjà, des innovations techniques sont introduites afin de contrôler les produits, à l’instar de ces cartouches d’encre à puce mises en circulation qui détectent automatiquement l’authenticité du produit. «Si le comportement du marché n’évolue pas, on assistera soit à une surenchère sur le consommable d’origine, soit à un abandon progressif des machines entrée de gamme pour se focaliser sur le moyen-haut de gamme», prévoit Fouad El Jamali. Notons que le marché des imprimantes reste largement dominé par HP avec 60% des parts de marché (leader sur la laser), suivi de Canon avec 25% (leader sur la jet d’encre).