Le logement social : Entretien avec le Président du Directoire de Wafa Immobilier

Pas de restrictions particulières sur le crédit immobilier. La seule mesure de prudence que prennent actuellement les banques consiste à  recommander de sortir de plus en plus des régions en suroffre (Tanger, Marrakech…) pour s’installer dans d’autres villes à  fort potentiel : Mohammédia, Témara, Kénitra, Béni-Mellal, Fquih Bensaleh, Taza, Khémisset, Berkane…

Où en est actuellement le marché de l’immobilier?

Cinq années sont passées depuis la crise des subprimes aux Etats-Unis, dont la contagion dans le monde avait secoué l’immobilier mondial, accentuée par la crise de la dette souveraine dans les pays de l’Union européenne, à laquelle notre économie est intimement liée. On a longtemps discouru pour savoir à quel degré le Maroc avait été affecté par ces phénomènes extérieurs, certains mettant en avant à juste titre le fait que la forte demande intérieure constituait un facteur solide de résilience. Aujourd’hui, avec un peu de recul, nous constatons que le secteur de l’immobilier continue à progresser, certes moins vite que les années précédentes qui ont été exceptionnelles et qui ne peuvent être considérées comme une référence objective. Nous avons en effet relevé un ralentissement des ventes de certains projets immobiliers à vocation plutôt touristique car destinés aux étrangers. Touchée de plein fouet par la crise, cette cible (Français, Espagnols, Anglais…) répond de moins en mois présent. Du côté de la demande nationale, bien au contraire, le seul ralentissement des transactions immobilières est à imputer à la faiblesse de l’offre pour certains segments. Actuellement, les logements sociaux accaparent la part du lion. L’enjeu et l’effort à présent est de se concentrer sur le logement moyen standing. Ce  marché à fort potentiel constitue un véritable levier de croissance pour les années à venir. Aussi, faut-il développer des offres globales dans le milieu rural en s’appuyant sur la stratégie des 3 F : un foncier approprié, une fiscalité adaptée et un financement dédié aux populations des campagnes, oubliées par les intervenants du secteur. Il est évident que cette stratégie doit s’inscrire dans une politique globale de développement de nos campagnes. Du reste, avec un déficit en logement important, les promoteurs sont conscients du fort potentiel de ce secteur pour la décennie à venir. Cela est conforté par le maintien du plébiscite de l’accession à la propriété au Maroc.

Quelles sont vos anticipations pour la période estivale qui profite historiquement de l’arrivée des MRE ? 

Le marché des MRE doit être jugé dans sa globalité, à savoir pour l’ensemble des opérations bancaires et de bancassurances. En effet, il s’agit d’abord d’une relation de la banque à laquelle est proposée toute la panoplie habituelle de produits et de services. A ce titre, Wafa Immobilier intervient en sa qualité de représentant d’Attijariwafa bank pour la partie crédit immobilier. Aujourd’hui, il est admis que notre banque joue un rôle moteur et se positionne fortement sur ce segment,  dégageant en conséquence des réalisations en forte croissance. De là, il ressort qu’il s’agit d’un segment cible stratégique privilégié et d’un marché en pleine expansion que la banque et Wafa Immobilier anticipent en permanence pour assurer la meilleure proximité et l’offre la plus compétitive. Le soutien inconditionnel de la banque à travers un vaste réseau au Maroc et à l’étranger, l’apport en ressources et en système d’information, le développement de produits innovants et attractifs ainsi que des actions de communication d’envergure nous permettant de nous hisser parmi les leaders sur le marché MRE. En contrepartie, notre établissement met à la disposition de la banque toute son expertise en matière immobilière pour lui assurer la pénétration des marchés les plus concurrentiels. En témoigne notre participation active à tous les salons en Europe pour soutenir la banque, pour conseiller les clients et les prospects et pour étudier les dossiers du crédit sur place.

Quels sont les segments et la clientèle qui alimentent actuellement la croissance du crédit immobilier ? Et qu’est- ce qui va entretenir cette croissance à l’avenir?

Les logements sociaux accaparent la part du lion avec pratiquement les trois quarts des transactions immobilières. En effet, la dynamique du secteur privé et public, associée à des formules de financement bon marché n’ont pas manqué de booster le secteur. Parallèlement, la classe moyenne se développe. Elle aspire à se loger dans de meilleures conditions, sans avoir les moyens du haut standing. Les promoteurs se sont rendu compte de cela depuis relativement peu de temps. Il est positif qu’avec les pouvoirs publics, ils aient pu mettre en place un dispositif qui stimule cette offre. A Wafa immobilier, nous sommes là pour les accompagner. Nous le faisons depuis toujours au sein de notre Direction de la promotion immobilière. Elle leur apporte son expertise et s’attache à aider les promoteurs à bien toucher leur cible.

Les professionnels se plaignent d’un resserrement des crédits acquéreurs et promoteurs depuis des mois. Les banques prennent-elles effectivement des précautions particulières en la matière ?

Les seules précautions concernant les promoteurs c’est de les conseiller à lancer des projets en fonction, en premier lieu, du marché. Nous les orientons là où la demande se trouve. Ces conseils concernent aussi bien l’implantation géographique que le standing du produit à proposer. A titre illustratif, nous recommandons aux promoteurs immobiliers de  sortir de plus en plus des régions où l’offre est abondante (Tanger, Marrakech, offre balnéaire au niveau de certaines villes) pour s’installer dans d’autres villes qui, aujourd’hui, regorgent de potentialités, telles que Mohammédia, Témara, Kénitra, Béni-Mellal, Fquih Bensaleh, Taza, Khémisset, Berkane… Il est important de développer une offre là où se situe la demande. Un dispositif fiscal seul n’est pas une raison suffisante pour lancer un projet : il faut une demande bien identifiée pour chaque projet.
On peut affirmer avec certitude que l’offre de financement au Maroc en faveur des promoteurs et des acquéreurs a beaucoup évolué lors de ces dernières années et n’a rien à envier à d’autres pays. En effet, les formules de financement sont des plus diversifiées et semblent répondre à toutes les attentes. On ne peut ici étaler toute leur consistance, en revanche on peut rappeler les grandes formules de prêts immobiliers offertes conjointement par Wafa Immobilier et Attijariwafa bank. Ainsi, pour les promoteurs nous proposons le financement d’acquisition de terrains, de construction ou de lotissement. Pour les acquéreurs nous fournissons le financement de la construction ou de l’acquisition en faveur des populations à faibles revenus, des MRE, des classes moyennes, des étrangers non résidents, des enseignants (FOGALEF), des salariés du privé et du public notamment via des conventions… En sa qualité de filiale spécialisée en prêts immobiliers du Groupe Attijariwafa bank, Wafa Immobilier participe activement à de grands projets immobiliers pour financer le promoteur et/ou l’acquéreur. Notre présence est constatée un peu partout au Maroc à travers nos bureaux de représentation installés à l’intérieur même de l’enceinte des plus grands projets immobiliers afin d’assurer l’accueil, le conseil et le suivi des dossiers de notre clientèle.  Par ailleurs, Wafa Immobilier a signé un nombre important de conventions avec la quasi-totalité des grands promoteurs publics et privés pour les accompagner également dans le financement de leurs clients acquéreurs. L’ensemble de ces relations a largement contribué au leadership de notre établissement pour lui permettre d’atteindre un encours crédits immobiliers des plus confortables et lui a permis également de jouer pleinement mais sereinement son rôle de principal organisme de financement de l’immobilier au Royaume. Et au-delà du financement, nous avons toujours répondu présent pour accompagner le promoteur dans le choix des régions d’investissement et l’exécution de son plan de financement.

Qu’est-ce qui a marqué l’actualité de Wafa Immobilier sur les derniers mois?

A fin mars 2014, Attijariwafa bank, par le truchement de Wafa Immobilier, a consolidé sa position de leader avec une part de marché de 24,8 % et un taux de captation de 26,6%. Par ailleurs, en reconnaissance de son engagement à la qualité, au leadership et à l’excellence, Wafa Immobilier s’est vu décerner le prix International Arch of Europe Award «Catégorie Or» en marge de la 26e édition du congrès international de la qualité qui s’est déroulé dernièrement à Francfort, en Allemagne, en présence de nombreuses personnalités du monde des affaires et du corps diplomatique de 52 pays. Le congrès Convention International Arc d’Europe fait partie du programme annuel de BID, mis en place pour reconnaître le prestige des entreprises de première ligne dans le monde des affaires.
Le choix du jury s’est porté sur Wafa Immobilier suite à un système de vote qui prend en compte des critères tels que la satisfaction des clients, la stratégie de communication, le système d’information et d’analyse de données, le leadership, le mode de planification et de prise de décisions, la politique de ressources humaines, la formation continue, les résultats d’affaire, et le management de la qualité totale.