Le Groupe Zine s’attaque à la logistique automobile

Transdine, société de transport et de logistique du groupe, réalise un chiffre d’affaires de 91 MDH dont le quart est rapporté par l’activité hors groupe. Sur le segment de la logistique automobile, elle sera en concurrence directe avec Gefco, leader du marché.

Présent dans la logistique depuis 2003, le Groupe Zine a imaginé Transdine au début comme société support de ses activités agro-industrielles. Avec ses 5 sociétés du pôle distribution alimentaire et ses 5 autres entreprises d’agro-industrie et d’agro-fourniture, le groupe devait effectivement mettre à niveau sa logistique. Depuis, il a constitué une flotte de 500 véhicules dont 300 camions et 200 utilitaires et voitures de tourisme.

La société vise un chiffre d’affaires de 150 MDH en 2017-2018

Pour optimiser l’exploitation, Transdine veut aujourd’hui trouver de nouveaux débouchés. A présent, seulement 25% de son chiffre d’affaires (91 MDH en 2015) sont réalisés hors groupe (la majorité vient de la distribution de sa marque Itkane). Ce revenu est réparti notamment entre les groupes Unilever, OCP, Cosumar, Savola ou encore Mondelez qui confient à Transdine le stockage et la logistique de leur marchandise.

«Dès 2010, l’activité transport et logistique a commencé à se développer. Depuis cette date, nous avons mis en place la plateforme Zine Céréales dédiée au vrac (d’une capacité de 73000 m2) et celle de Canal Food dédiée à la distribution commerciale (50000 m2, explique Anwar Lahrizi, directeur général de Transdine. Il faut savoir que l’activité vrac, dont la plateforme sert au stockage des céréales, aliments de bétail et engrais, est un créneau où l’informel est légion. «On est leader sur le marché du transport et du stockage du vrac. Ce créneau est surtout investi par des camionneurs qui trouvent des clients à la va-vite au port et transportent leurs marchandises moyennant une commission», déclare M. Lahrizi. A l’en croire, les grands groupes optent de plus en plus pour des logisticiens marocains pour le stockage et la logistique de marchandises. Il souligne en outre que les multinationales refusent d’investir dans des plateformes logistiques, optant pour la location dont les prix ont considérablement augmenté.

Surfant sur une tendance positive, la société espère réaliser 150 MDH de chiffre d’affaires à l’horizon 2017-2018. Et la maison mère n’a pas hésité à lui donner les moyens d’y arriver.

La flotte sera renforcée par des équipements pour camions et tracteurs

Ainsi, après une extension de la plateforme de Had Soualem de 8 000 m2, une autre dédiée à la logistique de véhicules est en cours d’étude dans la même zone. Le Groupe Zine est déjà propriétaire de 2 terrains mitoyens des plateformes Zine Céréales et Canal Food où il compte notamment installer son projet de logistique automobile. Le groupe entrera alors directement en concurrence avec le français Gefco, un des rares opérateurs sur ce segment dont «il accapare 60%», selon le DG de Transdine qui a identifié un créneau potentiellement lucratif. Cette entreprise «ne dispose pas de l’offre logistique pour camions et tracteurs qu’on aimerait aussi développer», déclare-t-il.

L’investissement prévu pour la logistique automobile n’est pas encore défini. La société est en train de mener sa prospection commerciale. Néanmoins, Anwar Lahrizi fait savoir dès à présent que «la plateforme sera mise en place en fonction des besoins et du cahier des charges signé avec les concessionnaires», et que «la prestation inclut la prise en charge des véhicules arrivés à Casablanca jusqu’à la livraison». Le dédouanement et le transport maritime n’y figurent pas.

En principe, cette activité sera entamée dans deux ans. En fait, même après que l’étude est complétée, le DG de Transdine assure qu’une année est nécessaire pour préparer la plateforme de stockage. «Il nous faut répondre à un cahier des charges relatif à la préparation, au montage des options, à l’esthétique des véhicules et à la livraison au réseau des concessionnaires selon les besoins», assure le DG.

Misant sur son expertise, Transdine compte ainsi prendre sa part dans le marché de la logistique automobile évalué entre 50 et 60 MDH. Elle a raison d’y croire car la demande va sûrement croître, surtout avec l’arrivée de PSA à Kénitra même si cette dernière, actionnaire dans Gefco, pourrait bénéficier de cette proximité.