Le groupe TUI veut lever 380 MDH auprès des banques

Deux emprunts de 180 et 200 MDH destinés à financer le projet hôtelier de Founty et la nouvelle compagnie low-cost

La BCP participe au tour
de table de cette dernière à hauteur de 10%.

Les grandes banques de la place se frottent les mains avec les projets colossaux du groupe allemand TUI au Maroc. En effet, de gros prêts bancaires syndiqués (partagés entre plusieurs banques) sont en cours de finalisation pour le financement des deux investissements phare du leader européen du tourisme.

Un premier crédit d’équipement à long terme, portant sur un montant de 180 MDH, dont 90 MDH apportés par la BCP, chef de file, a été octroyé à la société Tikida Bay pour la construction d’une importante unité hôtelière à Agadir. Il s’agit du projet du Club Robinson Tikida, qui a fait l’objet d’une convention d’investissement avec l’Etat marocain en début d’année. Il sera érigé sur un terrain de plusieurs hectares situé sur le front de mer dans la zone touristique de Founty II, où plusieurs investissements sont programmés pour 2006 par différents opérateurs.
Tikida Bay, société montée avec le partenaire historique de TUI au Maroc, le groupe Marrache-Taarji, propriétaire de l’agence Holiday Services et de l’hôtel Tikida Dunes Agadir, confié en gestion à la filiale ibérique du groupe allemand RIU, complétera la dette syndiquée par un apport en fonds propres de 160 MDH.

Première implantation de l’enseigne Robinson au Maroc (et quatrième en Afrique après les deux unités tunisiennes et celle de Soma Bay en Egypte), l’unité gadirie, qui ouvrira ses portes fin 2006, comptera plus de 350 chambres, plusieurs bars et restaurants et un centre thalasso. Le projet, qui nécessitera dans un premier temps un investissement de 350 MDH et un total de 550 millions en phase d’extension, sera confié à un maître d’œuvre professionnel, à l’issue d’un appel d’offres actuellement piloté par le bureau d’études Cemacet.

Pour le second dossier, le prêt bancaire est en concurrence avec le leasing
Le deuxième emprunt, d’un montant de 200 MDH en cours de négociation, devra bénéficier à la SIA (Société d’investissement aérien), la nouvelle compagnie aérienne low-cost de droit marocain, en gestation depuis plusieurs semaines. Ces ressources devront en principe servir à l’achat d’un Boeing. Le financement bancaire est toutefois en concurrence avec l’acquisition par leasing auprès d’établissements financiers spécialisés.

Pour le moment, les actionnaires, en l’occurrence TUI Belgium, connue par sa marque Jetair, le groupement Marrache-Taarji, la BCP (qui se retrouve cette fois dans le tour de table à hauteur de 10 %) ainsi que d’autres investisseurs financiers locaux, ont déjà débloqué un capital de départ de 5 MDH. Celui-ci sera porté très prochainement à 60 MDH.