Le groupe Renault va développer un nouvel écosystème au Maroc

Le groupe français et ses fournisseurs investiront 10 milliards de DH permettant la création de 50 000 emplois permanents. Le taux d’intégration local passera de 32% à 65%. Le nouvel écosystème générera un chiffre d’affaires additionnel de plus de 20 milliards de DH par an.

Le groupe Renault monte en puissance au Maroc. Le 8 avril à Rabat, il a conclu avec l’Etat, sous la présidence effective de SM Mohammed VI, un partenariat en vue de développer un nouveau projet dans le pays. Ce projet consiste à fédérer autour du constructeur un tissu de fournisseurs pour «former un écosystème performant, favorisant la montée en valeur dans les filières et une intégration plus poussée de la chaîne de valeur automobile». Le nouvel écosystème ainsi formé devrait offrir à Renault l’ensemble des maillons de la chaîne logistique d’approvisionnement et la faire gagner en compétitivité et en réactivité. Il constituera une plateforme d’approvisionnement fournissant non seulement le site de Tanger, mais aussi d’autres sites du groupe dans le monde.

Le secteur automobile a exporté pour 50 milliards de DH en 2015

Selon Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, «le déploiement de l’écosystème Renault constitue le point d’inflexion de l’industrie au Maroc et ce nouveau succès augmente l’empreinte industrielle du constructeur dans le Royaume». Le nouvel écosystème Renault devrait, en tout cas, procurer aux PME et TPE davantage de visibilité au niveau de leurs carnets de commandes, ainsi que pour tout ce qui concerne leurs perspectives de développement. Le directeur des opérations de la Région Afrique-Moyen Orient-Inde du groupe Renault, Bernard Cambier, a, pour sa part, salué la vision de S.M. le Roi qui a rendu possible l’industrialisation rapide du Royaume à travers le développement de grands chantiers, tels que le port de Tanger Med et d’infrastructures modernes et performantes. Il ne cache pas sa satisfaction par rapport au nouveau projet. «Nous avons défini des conditions d’accompagnement pour qu’aujourd’hui encore plus d’équipementiers soient compétitifs, dit-il. Car lorsque vous choisissez le sourcing de pièces, vous devez évidemment choisir celui qui est le plus profitable».

Le-groupe-Renault

Le nouveau projet d’écosystème totalisera un investissement de 10 milliards de DH, engagés par Renault et ses fournisseurs. Il permettra la création de 50 000 emplois permanents (soit le triple de l’effectif employé actuellement par le groupe). Le chiffre d’affaires additionnel issu des achats de pièces fabriquées localement est estimé à plus de 20 milliards de DH par an.

En 2015, 288 000 véhicules ont été produits au Maroc

En somme, le montant des achats d’équipements fabriqués au Maroc sera multiplié par trois et le taux d’intégration local passera de 32% à 65%. A cet égard, le ministre de l’industrie estime que «l’enracinement de l’industrie automobile ne peut se faire que si le taux d’intégration est élevé». D’où la nécessité d’avoir des équipementiers importants implantés sur le territoire national. Et de rappeler que «le Maroc est entré dans le cercle limité des 31 pays fabricants de moteurs dans le monde» (grâce à la signature, en février dernier, du contrat relatif à l’usine pour moteurs).

Le ministre a également mis l’accent sur le fait que le secteur automobile est le premier secteur d’exportation du Royaume, avec un chiffre d’affaires à l’export de 50 milliards de DH en 2015. L’objectif escompté est d’atteindre les 100 milliards de DH à l’horizon 2020. A noter que la production des usines du groupe Renault Maroc a atteint 288053 véhicules en 2015, enregistrant une hausse de 26% par rapport à l’année précédente. A elle seule, l’usine Renault-Nissan de Tanger, qui a commencé sa production au mois de février 2012, a fabriqué 229025 véhicules. L’usine de Somaca à Casablanca a, quant à elle, produit 59028 véhicules. Par modèle, les deux usines ont fabriqué 143049 Sandero, 71515 Dokker, 40 826 Logan et 32663 Lodgy.

Le-groupe-Renault

Les exportations du groupe sont pour leur part sur le même seuil de la production. Leur volume a dépassé les 256 500 véhicules en 2015 (+ 25%), dont environ 216100 véhicules produits à l’usine de Renault-Nissan de Tanger (soit 94% de la production de l’usine) et 40 400 au sein de l’usine Renault de Casablanca. La plus grosse part revient à la France, l’Espagne et la Turquie avec un total de 115 877 véhicules importés en 2015, ce qui correspond à plus de 45% de la production globale de Renault Maroc. Pour ce qui est des pays arabes, ce sont l’Egypte, l’Arabie Saoudite et la Tunisie qui sont les plus gros importateurs.

Avec PSA et Ford, qui l’ont inscrit sur la liste de leurs implantations stratégiques, le Maroc est en train de devenir un acteur important dans l’industrie automobile.