Le groupe OCP optimiste malgré des réalisations en baisse au premier semestre

Le chiffre d’affaires a baissé de 13% en raison d’un ralentissement de la demande et d’une pression sur les prix. Plus de 27 milliards de DH d’investissements engagés depuis janvier.

Les résultats du groupe OCP se sont dégradés au titre du premier semestre 2013, sous l’effet d’une conjoncture sectorielle et internationale difficile. Le chiffre d’affaires consolidé s’est établi à 24,5 milliards de DH, en baisse de 13% par rapport à la même période de l’année dernière. Il faut dire que les exportations du groupe ont reculé de 4% (-10% pour les phosphates bruts contre une stagnation pour les dérivés de phosphates) dans un marché en ralentissement en raison de la crise dans les principaux pays émergents. De plus, la recrudescence de la concurrence, notamment de la part de l’Arabie Saoudite et du Pérou, a exercé une pression sur les cours des phosphates. En gros, cette configuration du marché a fait que l’offre soit supérieure à la demande.

Ce recul du chiffre d’affaires a été plus important que les économies de coûts réalisées par le groupe. En effet, les charges d’exploitation n’ont baissé que de 1,7%, ce qui a entraîné une chute de 48% du résultat d’exploitation consolidé. Ceci, conjugué à la forte baisse du résultat financier (-78%) suite au décaissement d’un montant de 10 milliards de DH au profit d’un fournisseur, a fait que le résultat net part du groupe passe de 6,8 milliards de DH au premier semestre 2012 à 3,7 milliards au 30 juin 2013.

Le groupe table sur un rééquilibrage entre l’offre et la demande

Malgré ces réalisations, le management du groupe reste confiant. «Les réalisations du premier semestre sont bons compte tenu du contexte peu favorable du marché», affirme Ghizlane Guedira, directrice exécutive «Finances et contrôle de gestion» du groupe. Mustapha El Ouafi, directeur exécutif commercial, avance pour sa part que l’OCP «maintient ses prévisions et table sur un équilibre entre l’offre et la demande qui permettrait de redresser la situation». L’office compte également maintenir le rythme de ses investissements et de revalorisation des phosphates pour capter de nouvelles demandes sur le marché.

Notons que du côté investissement, le groupe a engagé un total de 27 milliards de DH depuis janvier. «Nous atteindrons 30 milliards de DH d’investissement pour toute l’année», précise la directrice finances et contrôle de gestion. Ces investissements entrent dans le cadre du programme d’expansion du groupe de 140 milliards de DH.