Le groupe Menara profite du boom de l’immobilier à  Marrakech

Il vient d’augmenter le capital de ses deux principales sociétés, Transport Menara et Menara Prefa, respectivement de 10 et 5 MDH.

Dans le sillage du développement économique de la région de Marrakech, le groupe Menara, qui appartient à la famille Zahid, multiplie ses investissements. En effet, ce groupe, au chiffre d’affaires agrégé dépassant les 250 MDH, vient de renflouer le capital de deux de ses principales sociétés : Transport Menara, qui opère dans le transport de marchandises et Menara Prefa, qui est un des premiers producteurs locaux d’éléments préfabriqués en béton.
Ainsi, pour l’activité de transport qui a réalisé en 2004 un chiffre d’affaires de 90 MDH avec une marge opérationnelle de 7,4 %, le capital est passé de l’apport de 15 à 25 MDH. Cet apport de 10 MDH permettra d’élargir le parc de véhicules de transport actuellement constitué de plus de 120 unités, dont 40 camions remorques. Cette expansion, qui doit accompagner le positionnement de l’entreprise dans de nouveaux marchés de construction, permettra aussi de passer à plus de 300 employés contre 250 à ce jour. Confortés par des résultats semestriels très satisfaisants, les dirigeants sont quasi assurés de dépasser en 2005 la barre des 100 MDH en CA.
Quant à la récente filiale, Menara Prefa, sa production est tout simplement en croissance exponentielle grâce à l’explosion de la demande en produits de béton dans la région de Marrakech.

Le CA de Menara Prefa en hausse de 50%
Après une année 2004 exceptionnelle à l’issue de laquelle le chiffre d’affaires a plus que triplé en se hissant à 108 MDH (contre 31 MDH en 2003), l’exercice 2005 devrait à son tour enregistrer une croissance de plus de 50 %. La dernière augmentation de capital de 25 MDH à 30 MDH permet de financer partiellement des investissements d’extension de capacité de production et la hausse en découlant du besoin en fonds de roulement.
Au demeurant, le cas du groupe Menara atteste parfaitement de la dynamique du marché du bâtiment que vit actuellement la ville ocre avec de multiples chantiers de projets touristiques, de création de villes satellites, de logements sociaux et d’infrastructures