Le groupe français de construction et de génie civil GCC s’implante au Maroc

Malgré le repli qu’il accuse depuis deux ans dans le sillage de la stagnation de la commande publique, le secteur du BTP continue à  attirer des acteurs étrangers.

Le dernier en date à avoir déballé son baluchon est le groupe GCC, un des poids lourds français des travaux et du génie civil. En effet, cette entité basée à Paris vient de créer GCCI Maroc. Dotée d’un capital de démarrage de 1,5 MDH et d’un conseil d’administration présidé par Jaques Marcel, directeur général de GCC France, cette première filiale de ce groupe en dehors de l’Hexagone a déjà commencé à recruter des ingénieurs et techniciens de diverses spécialités du génie civil, après s’être installée à Rabat pour des raisons de proximité des différentes administrations publiques, soit sa cible principale en cette phase de démarrage.

GCCI vient ainsi renforcer la liste des entreprises françaises du BTP déjà implantées au Maroc telles Bouygues (à travers Bymaro qui a réalisé une bonne partie des travaux du port de Tanger Med), Colas ou encore Vinci Construction (qui vient d’y planter son étendard à travers sa filiale Fargeot Lamellé Collé). C’est dire que le marché marocain reste encore assez attractif notamment avec les ambitieux projets énergétiques annoncés pour les prochaines années et dont la composante en génie civil est non négligeable. D’ailleurs, le Pôle Energie, en pleine croissance chez GCC représente désormais près de 30% des revenus du groupe.
Rappelons que le groupe CCG revendique un chiffre d’affaires 2013 de 610 millions d’euros (soit près de 7 milliards de DH) pour un résultat courant avant impôts de 15 millions d’euros (près de 170 MDH) et un effectif de 2 300 salariés. Avec un carnet de commandes de 718 millions d’euros à fin 2013 (près de 8 milliards de DH), le groupe dispose d’une bonne visibilité sur ses activités avec un ratio Commandes fermes / CA supérieur à un.