Le groupe Chaà¢bi aide les épiciers

Il s’occupe de la logistique d’aménagement des magasins n
La BP financera à des taux préférentiels.

Le problème est connu: la prolifération des grandes surfaces menace le petit commerce traditionnel. Du fait de l’importance de ce secteur, qui représente 12 % du PIB, compte 7 000 points de vente, et emploie environ 1,2 million de personnes, le ministère du Commerce et de l’Industrie a lancé plusieurs chantiers dont, principalement, sa mise à niveau. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’initiative du groupe Chaâbi qui est en passe de lancer une opération de restructuration des petites épiceries de quartier. «Cette action s’impose car les épiceries sont une réalité socio-économique de notre pays et il convient de leur permettre de tenir le coup face à la grande distribution», explique Faouzi Chaâbi, l’initiateur de ce programme de mise à niveau.
Deux facteurs défavorisent les épiceries : un prix souvent plus élevé que celui de la grande distribution et le manque d’hygiène, notamment la rupture de la chaîne de froid.
A ce titre, le groupe propose de s’occuper lui-même du réaménagement des magasins. Il a déjà négocié des contrats avec des fournisseurs d’équipements de froid, de carrelage et de rayonnage. Ainsi, l’épicerie sera équipée d’un frigo et d’une vitrine de froid. Les murs et le sol seront revêtus de carrelage lavable, les rayonnages seront en métal ou en plastique. L’épicier pourra également, s’il le souhaite, se doter d’un tiroir-caisse.

Une centrale d’achat permettra aux épiciers de réduire leurs prix

Dans cette opération, le groupe joue un peu le rôle de maître-d’œuvre. Il supervise les travaux et livre un local aménagé clé-en-main, le financement étant, bien entendu, à la charge de l’épicier. La mise à niveau d’une épicerie coûtera, en fonction de la taille du commerce, entre 30 000 et 80 000 DH. Le financement est actuellement à l’étude et des contacts sont en cours entre la direction du commerce intérieur et la Banque populaire, sachant que les prêts seront accordés à un taux préférentiel non encore fixé.
Cette opération de mise à niveau des magasins vient soutenir le chantier, avec la création de la centrale d’achat Dar El Joumla, lancée à la fin de l’année dernière par le groupe Châabi. «Ce concept permettra aux épiciers, qui actuellement s’approvisionnent auprès des grandes surfaces, de faire des achats groupés et à des prix intéressants. Dar Joumla prend les commandes, fait les achats au même prix et auprès des fournisseurs de Asswak Assalam. Les commerçants sont livrés le même jour» , explique M.Châabi.
L’expérience a démarré à Rabat dans le quartier Yacoub El Mansour. Elle sera élargie à d’autres quartiers de la capitale ainsi qu’à d’autres villes du Royaume