Le groupe Berrada recapitalise à  nouveau la Compagnie industrielle de bonneterie

Augmentation du capital de 7 MDH suivie d’une réduction du même montant pour absorber les pertes
Une première restructuration du passif avait porté, en 2007, sur 15 MDH.

A peine revenue à l’équilibre en 2006 à l’issue d’une période de trois années de restructuration opérationnelle, la Compagnie industrielle de bonneterie (CIB) replonge dans les difficultés financières.En effet, cette société dont la création remonte à 1946 et qui fabrique essentiellement des articles de maille pour enfants et femmes, des sous-vêtements et des vêtements de travail, planche à nouveau sur la restructuration de son passif et la reconstitution de ses fonds propres mis à mal par de récentes pertes.
La famille Berrada, actionnaire de référence qui avait déjà apporté 15 MDH début 2007, injecte cette fois-ci 7 MDH dans le cadre d’une augmentation de capital en coup d’accordéon. Dans un premier temps, le capital a été porté de 15 MDH à 22,15 MDH avant qu’une réduction ne le ramène à la case départ (15 MDH) et ce, dans l’objectif d’apurer les pertes antérieures.

Le groupe est présent dans le textile, l’immobilier et la franchise
Malgré les efforts soutenus entrepris dès 2003 pour contrer la déferlante chinoise, notamment à travers un plan social qui a touché près de la moitié des salariés, la montée en gamme de l’offre produit et la modernisation de l’outil industriel (inauguration en 2005 d’une usine dans le quartier industriel de Sidi Maârouf à Casablanca),CIB n’arrive pas à retrouver le chemin de la croissance.
Cette situation illustre les résultats encore mitigés de la politique de repositionnement du textile marocain dans la co-traitance, le fast-fashion et autres créneaux plus en phase avec les avantages comparatifs théoriques du pays.
Rappelons que le groupe Berrada est présent, outre le textile, dans la promotion immobilière à traversGhita Immobilier (connue pour ses multiples réalisations à Casablanca telles les Résidences Yasmine sur le boulevard Gandhi, l’immeuble Paquet à Mohamed Smiha…), et dans la franchise de prêt-à-porter pour enfants avec la master franchise Absorba qui compte sept points de vente auMaroc à ce jour.