Le gouvernement veut développer l’investissement public grà¢ce aux PPP

Le développement du recours aux PPP permet de bénéficier des capacités d’innovation, de gestion et de financement du secteur privé.

«Les contrats de PPP : alliances public-privé pour le développement économique et social». Tel était le thème de la conférence organisée, le 11 mai à Rabat, par le ministère de l’économie et des finances, en collaboration avec la Banque Mondiale. Cette rencontre était l’occasion de débattre du potentiel de développement du recours au Partenariat Public-Privé (PPP) et d’échanger sur les projets prioritaires pouvant être réalisés selon ce mode de financement, notamment dans les domaines des infrastructures et du transport, de l’énergie et de l’eau, de l’agriculture, de la santé et de l’enseignement supérieur.

Le développement du recours au PPP permet de bénéficier des capacités d’innovation, de gestion et de financement du secteur privé, ce qui a pour conséquence d’améliorer la compétitivité économique du pays et, par là même, la qualité de vie des citoyens. L’entrée en vigueur du nouveau cadre législatif et réglementaire relatif aux contrats de PPP devrait permettre dans ce cadre d’introduire «un nouveau mode de gouvernance de la gestion publique» et d’assurer une meilleure qualité des projets. D’où la volonté affichée du gouvernement de recourir davantage aux PPP pour accélérer les investissements publics. Selon Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, «le gouvernement a fait le choix, en cohérence avec le modèle de développement de notre pays, d’amplifier davantage l’effort d’investissement public pour renforcer l’offre en infrastructures et services de qualité par le recours aux PPP».

Pour sa part, Mohamed Najib Boulif, ministre délégué chargé du transport, a souligné l’importance, pour les pouvoirs publics, de faire appel au secteur privé pour le financement des projets de développement, en particulier dans le domaine des infrastructures et du transport.

Quant à Abdelkader Amara, ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, il a fait le point sur l’ensemble des projets énergétiques financés dans le cadre du PPP. Et de rappeler que «dans le domaine de l’électricité, le premier projet de partenariat avec le secteur privé remonte à 1994». Il n’en reste pas moins que les PPP peuvent présenter des risques intrinsèques, liés à la complexité des contrats, à leur durée dans un environnement en perpétuelle évolution et à la soutenabilité budgétaire des engagements contractés. Autrement dit, le succès des PPP dépend, en grande partie, de la préparation en amont des projets qui doivent être portés par des priorités stratégiques et répondre à des besoins essentiels dûment justifiés, de la transparence en ce qui concerne l’attribution des contrats, ainsi que de l’optimisation des coûts engagés et la rentabilisation des capitaux investis.