Le gouvernement de pieds ferme dans la libéralisation du marché des hydrocarbures bénéficiant du soutien des opérateurs

Le gouvernement avance à pas sûrs dans la concrétisation de la libéralisation du marché des hydrocarbures, qui bénéficie du soutien des opérateurs bien préparés pour réussir ce nouveau cap.

Pour gagner le défi de la libéralisation, qui sera effective le 1er décembre, toutes les actions convergent en priorité vers la sécurité de l’approvisionnement, en amont et en aval, le respect des stocks de sécurité, la modernisation des investissements, la promulgation de nouveaux textes réglementaires et bien entendu, in fine, la satisfaction du consommateur.

Cette transition, dont les préparatifs ont duré presque une année, a nécessité des investissements de la part des professionnels, en termes notamment de systèmes d’information, d’affichage de prix et d’infrastructures.

« Depuis des mois, les professionnels ont entamé des préparatifs en terme d’investissement, afin de moderniser le réseau et lancer des produits et des services de qualité », a relevé le président du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM), Adil Ziadi.

« Changement des systèmes d’information, installation de pancartes électroniques d’affichage des prix et amélioration des infrastructures sont les principales préoccupations des sociétés marocaines de distribution « , a précisé M. Ziadi.

Par cette libéralisation des prix, le marché reviendra à sa situation normale et le jeu de la concurrence, s’il n’y a pas d’entente, jouera le rôle de garde-fou comme dans tous les autres secteurs.

Toutefois, les prix seront toujours sous la loupe de l’Etat, qui s’engage également à garantir l’approvisionnement sur le marché d un produit de bonne qualité.

Pour éviter toute concurrence déloyale qui pourrait s’instaurer, le gouvernement va se baser sur la loi sur la concurrence et la liberté des prix comme étant le cadre légal pour éviter ce genre de pratique.

« Le ministère va veiller au respect de l’approvisionnement de ce marché, à travers des jaugeages inopinés pour voir l’état des stocks, tout en veillant à garantir l’offre d’un produit de qualité », a assuré le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara.

« Par mesure de sécurité, la commission ministérielle, qui sera conduite par le ministère des affaires générales et de la gouvernance, va être maintenue afin de veiller sur les prix en vigueur sur le marché, tout en gardant un œil sur les cotations à l’international et le taux de change de dollar », a expliqué M. Amara.

Mais quel sera l’effet de cette libéralisation sur le consommateur et l’économie nationale ?

Pour le ministre, la libéralisation du marché des hydrocarbures ne peut que être bénéfique pour le consommateur, vu qu’il va profiter du jeu de compétition qui va s’installer », a relevé M. Amara, notant toutefois que cette démarche va prendre un peu du temps.

Cette décision va également soulager les finances publiques du lourd fardeau des subventions publiques, afin de diriger cette manne vers les secteurs sociaux come l’éducation et la santé, a-t-il souligné.

De son côté, l’économiste Idriss El Abbassi, a indiqué que l’effet de la libéralisation des prix des carburants sur le consommateur marocain et les entreprises sera davantage au niveau des rythmes et des fréquences d’ajustement.

« Pour le consommateur, sauf hausse sensible des prix, les effets seraient limités. Les consommateurs se sont bien adaptés aux changements des prix tels que pratiqués aujourd’hui », a estimé M. El Abbassi.

« Ce qui va changer c’est la fréquence des ajustements des prix. Au lieu du 1er et 16 de chaque mois, ce changement devrait avoir lieu plusieurs fois en fonction du marché, de la concurrence, des prix internationaux, des périodes de l’année, des coûts propres à chaque structure », a expliqué le professeur à l’Université Mohammed V, notant que le consommateur pourrait bénéficier d’une baisse des prix provoquée par une concurrence entre opérateurs du secteur.

« Le secteur serait également amené à introduire de nouveaux outils et modes de gestion pour fidéliser ses gros clients entreprises et donc atténuer les effets négatifs », indiqué l’économiste, soulignant que les entreprises, grosses consommatrices, pourraient même adopter des comportements leur permettant de lisser les fluctuations de prix en investissant dans des capacités de stockage.

Suite à la décision du gouvernement concernant la décompensation des produits pétroliers liquides, le Maroc est entré dans une phase de libéralisation des prix des carburants.

La libéralisation totale du marché des hydrocarbures marocain intervient suite à la signature d’un accord d’homologation des prix de produits pétroliers entre le gouvernement et les distributeurs de produits pétroliers, visant une décompensation de ces produits.