Le français Sedetex s’installe à  Tanger Free Zone

Le textile marocain confirme son redressement, notamment sur les segments à  valeur ajoutée importante (co-traitance, fast-fashion, etc.) et/ou sur les créneaux de la confection spécialisée.

Le textile marocain confirme son redressement, notamment sur les segments à valeur ajoutée importante (co-traitance, fast-fashion, etc.) et/ou sur les créneaux de la confection spécialisée. A quelques mois de l’abolition, à nouveau, des quotas sur les importations chinoises (janvier 2008), Sedetex, le spécialiste français des accessoires de bricolage, notamment pour jardinage, choisit le Maroc pour y construire un atelier de confection. Cette PME basée près d’Angers (nord-ouest de la France) et connue pour ses marques Ruralis et Mayflower, sous-traitait déjà au Maroc une partie de sa production d’une valeur de près de 6 millions d’euros (66 MDH) et ce, auprès de Tricotage du Haut- Atlas du groupe Alami Tazi.

Située en zone franche de Tanger, cette nouvelle unité produira pour le compte de sa maison-mère des gants professionnels et des tabliers de jardins, notamment pour des commandes techniques ou sur mesure nécessitant de la réactivité. La filiale marocaine Cotexta qui porte le projet a été d’ores et déjà dotée d’un capital de 150 000 euros (près de 1,7 million de DH). Celui-ci sera graduellement augmenté et des lignes d’emprunts bancaires seront également mises en place pour financer l’investissement de plusieurs dizaines de millions de DH.

Il est à rappeler que les opérateurs français de gants de protection et de sécurité (marché en forte expansion) ont multiplié les délocalisations au cours des dernières années. Il en va ainsi de Rostaing qui dispose de deux usines au Vietnam et d’un atelier d’une centaine d’ouvriers au Maroc et de Comasec qui produit partiellement en Tunisie.