Le français Royer délocalise au Maroc

Le groupe Royer, leader français du négoce de chaussures, compte s’appuyer davantage sur le Maroc comme base de production de ses différentes marques.

Le groupe Royer, leader français du négoce de chaussures, compte s’appuyer davantage sur le Maroc comme base de production de ses différentes marques. En effet, dans la foulée de la récente acquisition de Mod8, fabricant girondin de chaussures pour enfants, qui revendique 28 millions d’euros (310 MDH) de chiffre d’affaires dont 35% à l’export, la nouvelle maison mère a annoncé un plan de synergies industrielles visant à transférer une partie de la production de sa nouvelle filiale au Maroc. Cette délocalisation commence par une nouvelle chaussure en coton bio pour bébé, conçue par Mod8 et dont le volume prévisionnel pour le lancement au printemps 2009 est de 15 000 paires. Celles-ci seront piquées chez un partenaire marocain et montées en France. A moyen terme, le groupe Royer envisage d’arrêter la production de petites séries à Blanquefort, usine historique de Mod8, et les rapatrier dans des usines au Maroc, au Portugal et en Tunisie, là où il fait déjà fabriquer sa marque phare Kickers. Ces mesures ne manqueront pas de se traduire par des créations d’emplois significatives chez les sous-traitants marocains (plus d’une centaine).
Le groupe Royer est une des grosses pointures européennes de la chaussure avec près de 30 millions de paires vendues en 2008 (260 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit 2,9 milliards de DH). Outre ses deux marques en propre, Kickers et Stéphane Kélian, la société bretonne se présente comme un grossiste de grandes marques de chaussures sous contrat de licence tels Converse, Keds, Von Dutch, Hechter Studio, Rica Lewis, Chipie ou encore Naf Naf. Avec les 213 salariés de Mod8, l’effectif du groupe dépasse désormais 800 employés.